RTBFPasser au contenu

Gouvernement Michel

Pensions, virage fiscal, budget : la majorité doit accélérer la cadence

La majorité souhaite boucler rapidement le débat sur les pensions
29 juin 2015 à 06:22 - mise à jour 29 juin 2015 à 06:311 min
Par A. L. avec F. Van Eeckhaut

C'est une semaine difficile, ou en tout cas très chargée, qui a débuté ce lundi pour la majorité fédérale. Tant au gouvernement qu'au parlement. Avec une série de dossiers où il faut aboutir, en tout cas parce que la majorité s'est enfermée dans un calendrier aux cadences infernales : ceci à voter avant l'été, cela à boucler avant la trêve estivale, là un accord à trouver d'ici le 21 juillet. Et l'on parlera pensions, ajustement budgétaire et virage fiscal.

C'est la majorité fédérale elle-même qui s'est enfermée dans cet entonnoir, où tout faux pas pourrait passer aussitôt pour un couac. Côté parlement, il conviendra de ressouder les rangs, de veiller à ce que chacun soit bien présent, cette fois, pour que la majorité soit en nombre et puisse enfin voter ce qui a été recalé lors de la séance chaotique du 25 juin, notamment l'ajustement budgétaire : ce sera pour la plénière de la Chambre de mercredi.

Audition d'experts

Avant cela, il faudra avancer dans le débat sur la réforme des pensions, où l'opposition a réussi à gagner du temps, à arracher une série d'auditions d'experts, des partenaires sociaux -patrons et syndicats- entendus ce lundi, mais cela pourrait déborder. Avant que l'on ne réattaque l'analyse des articles des projets de loi modifiant notre régime de pensions, mardi, avec un vote dans la foulée, ce que voudrait la majorité, ce que s'efforcera sans doute de retarder encore l'opposition.

Enfin, du côté du gouvernement, on discute toujours aussi discrètement du tax-shift (du virage fiscal), de l'allègement des charges sur le travail, de l'impôt des personnes physiques, mais contre quoi : nouvelles économies, hausse de la TVA, autres recettes, taxe sur le capital ? La majorité semble toujours loin d'un accord attendu et promis encore par Charles Michel pour le 21 juillet. On devrait négocier en toute discrétion une bonne partie de la semaine.