RTBFPasser au contenu

Regions

Pensions : les pompiers bruxellois chez Van Quickenborne

Pensions : les pompiers bruxellois chez Van Quickenborne
22 déc. 2011 à 16:101 min
Par RTBF

Depuis 1932, les pompiers professionnels bénéficient d’un régime de pension particulier.  A Bruxelles, où la région leur a accordé un congé spécial, ils peuvent partir à la retraite entre 56 et 60 ans en fonction de la durée de leur carrière.  La réforme pourrait tout changer malgré les risques et la pénibilité du métier.  Thierry Danieli, de la CSC, réagit : « Actuellement, la pension est à 60 ans et on entend maintenant dire qu’elle va être régulée à 62.   Imaginez-vous envoyer un pompier de 62 ans éteindre un incendie, avec tous les risques que cela comporte pour sa santé et pour la qualité de l’intervention ? »  André Willems, de la CGSP, critique également la réforme : « Pour l’instant, avec le système de l’agglomération de Bruxelles, un pompier doit travailler 31 ans et demi pour arriver à une carrière complète.  Mais aujourd’hui, on veut nous imposer 45 ans de carrière.  Cela veut dire qu’il y a des gens qui vont devoir rester actifs jusque 65 ans.  Et à 65 ans, avec la spécificité du métier, il faut pouvoir être capable de porter un équipement de plus ou moins 25 kilos tout en faisant le nécessaire pour éteindre l’incendie.   Pour moi, il y a de sérieuses questions à se poser… ».  


Les syndicats ont donc rappelé leurs griefs au cabinet du ministre…  Si rien ne bouge, ils durciront leurs actions…


Le ministre des pensions entamera en janvier et février une concertation sociale avec les pompiers autour des réformes de pensions annoncées.   "Le ministre se rend bien compte de notre problématique et de celle des autres métiers lourds, comme les personnes actives dans la construction. D'après lui, il y a encore des ouvertures suffisantes pour préserver nos droits acquis", commente le pompier bruxellois Dirk Van der Ougstraete (CSC).  Une marge de négociations est donc encore possible !  Ce n’est pas le cas pour les pilotes, stewards et hôtesses de l’air, qui n’ont rien obtenu du ministre Vincent Van Quickenborne.

 

Jean-Claude Hennuy avec Belga

Articles recommandés pour vous