RTBFPasser au contenu
Rechercher

Cyclisme

Pédaler contre le vent… ou comment gravir un col en Zélande !

Pédaler contre le vent… ou comment gravir un col en Zélande !
07 févr. 2022 à 12:39Temps de lecture2 min
Par Erik Libois

Les 7e Championnats des Pays-Bas de cyclisme… face au vent ont, comme chaque fois, couronné deux Bataves. Ou comment une organisation de fantasques écologistes devient une véritable performance sportive…

L’hiver, Wout Van Aert fait régulièrement des tests en soufflerie pour améliorer sa position sur le vélo en vue des contre-la-montre. Et s’il allait faire un petit tour en Zélande ?

Ce dimanche, un pont de Zélande enjambant l’Oosterschelde, l’un des bras de mer de l’Escaut reliant le fleuve à la Mer du Nord, a accueilli sa traditionnelle grand-messe du vélo façon fada. Le NK Tegenwindfietsen réunit depuis 2013 plusieurs centaines d’amateurs de vélo désireux d’affronter les Beaufort, particulièrement remontés dans la région.

Pédaler contre le vent… ou comment gravir un col en Zélande !
Pédaler contre le vent… ou comment gravir un col en Zélande ! © Tous droits réservés

L’épreuve, anecdotique à son lancement, est devenue un véritable événement annuel : 13.000 candidats se pressent pour arracher l’un des 300 dossards. Les concurrents (certains joyeusement costumés) doivent boucler un parcours de 8,5 km face au vent, tous avec le même vélo de ville traditionnel, sans vitesses et avec le rétropédalage pour seul frein.

En ce dimanche de quasi tempête, le vent de force 7 a causé une centaine d’abandons. Pourtant, le parcours avait été allégé puisqu’avaient été ajoutés un court virage pour récupérer et un secteur de 50 mètres avec vent favorable. Enfin, la ligne d’arrivée avait été rapprochée… d’1,5 m, en référence à la distanciation sociale qui rythme notre vie depuis bientôt deux ans. Humour inclus donc...

Pédaler contre le vent… ou comment gravir un col en Zélande !
Pédaler contre le vent… ou comment gravir un col en Zélande ! © Tous droits réservés

Le deuxième chrono le plus faible de l’histoire

Après deux ans d’annulation pour cause de pandémie, la 7e édition disputée ce dimanche a couronné le dénommé Jurjun van der Velde qui s’est imposé en 20.23 (moyenne : 25,02 km/h), 37 secondes devant le vainqueur des deux éditions précédentes Max de Jong. La première femme, Lisa Scheenaard (triple lauréate de l’épreuve), a terminé à la 6e place en 22.53 (moyenne : 22,28 km/h). Témoin de la force des éléments : le chrono du vainqueur est le deuxième plus faible de l’histoire de l’épreuve.

Les deux seuls Belges admis à l’épreuve n’ont pas particulièrement brillé : nos deux Anversois ont bouclé les 8,5 km aux 179e et… 203e place, le second quatre places seulement devant la lanterne rouge. Lequel a parcouru la distance… en 1h01 (moyenne : 8,37 km/h) ! Vous parlez d'une galère...

Wout Van Aert lors de tests en soufflerie
Wout Van Aert lors de tests en soufflerie © Tous droits réservés

L’événement n’est pas pour rien surnommé le Dutch Mountain : affronter un mur de vent donne l’impression de gravir un col. Le sponsor ne s’y est pas trompé : il s’agit d’un producteur hollandais bien connu d’énergie éolienne…

Alors, Wout : convaincu ?

Articles recommandés pour vous