RTBFPasser au contenu
Rechercher

Vie pratique

Pêche et ornithologie : quand la Gen Z se fascine pour la nature

Pêche et ornithologie : quand la Gen Z se fascine pour la nature.
03 août 2022 à 07:00Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

Depuis le confinement, les activités les plus simples sont de nouveau au goût du jour. Si récemment, les grands-mères ont été remises au cœur des tendances avec le tricot et le crochet, les sorties pêche ou l'observation d'oiseaux sont les nouvelles activités favorites de la Gen Z.

La pêche (en ville) séduit les jeune urbains

La pêche (en ville) séduit les jeune urbains.
La pêche (en ville) séduit les jeune urbains. Sviatlana Yankouskaya/EyeEm

Loin des clichés des jeunes qui ne sortent que pour faire la fête ou qui restent enfermés devant leurs écrans, la Gen Z se découvre une vraie passion pour la nature. La tendance vient tout droit des États-Unis, les jeunes partageant sur les réseaux leurs après-midis à faire du "birding" ou du "fishing". Sur TikTok, les hashtags respectifs explosent : 81 millions pour le premier et 65 milliards pour le second. La grande nouveauté est que ces passionnés s'adonnent à ces activités en ville aussi bien qu'à la campagne.

Sur les réseaux, différents types de pêche se démarquent. La traditionnelle pêche à la ligne est évidemment la plus répandue, parfaite en été, en bord de lac ou sur un bateau. Les jeunes équipés d'une canne à pêche et d'hameçons filment leurs plus grosses prises.

Même si la pêche est souvent associée à la nature et au calme, elle se pratique aujourd'hui en pleine ville.

Les Parisiens sont d'ailleurs de plus en plus nombreux au bord de la Seine ou du Canal Saint-Martin à appâter les poissons. Pas question de garder ou de manger les poissons, ils sont rejetés à l'eau juste après avoir été attrapés. Le but est de se détendre et de se reconnecter à la nature.

Pêche à l'aimant : une chasse aux trésors pleine de surprises

Pêche à l'aimant : une chasse aux trésors pleine de surprises.
Pêche à l'aimant : une chasse aux trésors pleine de surprises. Alexander Scharafin

Une autre sorte de pêche se développe, surtout en ville : la pêche à l'aimant dans les fleuves et rivières. Les pêcheurs à l'aimant ont d'ailleurs une grande communauté sur les réseaux sociaux, le hashtag #pechealaimant regroupant plus de 126 millions de vues. Cette pratique fascine car il est impossible de savoir à l'avance sur quoi on peut tomber. Entre vélos, armes de guerre et coffres-forts, les trouvailles sont multiples.

Cette activité est également bénéfique pour la nature : les nombreux déchets qui sont sortis des cours d'eau sont récupérés et jetés par les pratiquants. Une belle façon d'allier divertissement et écologie. Chez les jeunes, la pêche est vraiment un moyen de se retrouver seul, une parfaite activité pour les introvertis.

Le "birding", école de patience et d'émerveillement

Le "birding", école de patience et d'émerveillement.
Le "birding", école de patience et d'émerveillement. Elena Goosen/EyeEm

Après les poissons, les oiseaux sont les nouveaux animaux qui fascinent. Le terme le plus répandu sur les réseaux est celui de "birding", l'anglicisme pour désigner l'ornithologie. Les jeunes "birdies" (nom donné aux adeptes) se baladent à la recherche des oiseaux les plus rares. Et pas besoin d'aller bien loin ou d'apprendre le guide des oiseaux avant de se lancer.

En ville, les adeptes sont nombreux à se rendre dans les parcs et bois pour profiter du calme. Seul équipement indispensable : la patience.

Certains passionnés sortent avec des jumelles ou un carnet de croquis. Mais pour simplifier la vie de ceux qui veulent se lancer, les applications mobiles sont le must-have de l'ornithologue en herbe. L'application Merlin, qui permet d'identifier les espèces d'oiseaux, a doublé son nombre d'utilisateurs depuis la pandémie.

Tout comme la pêche, l'observation des oiseaux est un moyen de passer du temps seul. Se reconnecter à la nature est aussi bénéfique pour oublier tout le stress de la vie quotidienne et toute la pression sociale que ressentent les jeunes depuis le confinement. Après la "grandma era", les activités associées aux grands-pères en vacances sont aussi tendance chez la Gen Z.

Sur le même sujet

Pourquoi interdire la pêche dans les cours d’eau wallons ?

Environnement

Un an après les inondations dans la vallée de la Vesdre, les pêcheurs font toujours grise mine

Regions Liège

Articles recommandés pour vous