RTBFPasser au contenu

Coronavirus

Paul Magnette contre le licenciement pour non-vaccination à partir d'avril, 24 heures à peine après la décision fédérale d'obligation vaccinale pour le personnel soignant

Paul Magnette contre le licenciement pour non-vaccination à partir d'avril, 24 heures à peine après la décision fédérale d'obligation vaccinale pour le personnel soignant
16 nov. 2021 à 20:48 - mise à jour 16 nov. 2021 à 23:202 min
Par Sandro Faes Parisi avec Thomas Gadisseux

Alors que lundi soir, les ministres rassemblés en kern se sont accordés sur les modalités d'application de l'obligation vaccinale du personnel soignant, qui pourra mener le cas échéant au retrait de l'accès à la profession d'un soignant et à son licenciement à partir du mois d'avril, le président du PS Paul Magnette jette un pavé dans la mare à peine 24 heures après cet accord. 

Sur Twitter, le président du Parti socialiste s'est positionné contre le licenciement pour non-vaccination à partir du 1er avril: "Je suis contre l'hypothèse de licencier une infirmière en avril pour la raison qu'elle ne serait pas vaccinée alors qu'il n'y a pas d'obligation pour tous. Si elle l'est pour tous, alors, oui, il pourra aussi y avoir un débat sur les sanctions", a ajouté Paul Magnette.
 

Loading...
Loading...
Loading...

Pour rappel, à partir du 1er janvier, le personnel soignant aura 3 mois pour se faire vacciner, sauf contre-indications médicales extrêmement rares. Durant ces trois mois, le personnel non-vacciné devra se faire tester toutes les 72 heures. En cas de refus, il se verra signifier une suspension temporaire de contrat et basculera en chômage temporaire. Le personnel soignant non vacciné et qui refuse de se faire tester n'aura plus de contact avec un patient. C’était le souhait martelé par le ministre fédéral de la santé, Frank Vandenbroucke, la semaine dernière dans "Jeudi en Prime". 

Une nouvelle campagne de sensibilisation sera menée, et le contrôle et la sanction ne démarreront qu’en avril. L’objectif se veut avant tout incitatif. Au cours de cette période de 3 mois de transition, le professionnel des soins de santé qui n’a pas encore fait l’objet d’une vaccination contre le Covid-19 ne pourra donc poursuivre l’exercice de sa profession que s’il dispose d’un certificat de test ou d’un certificat de rétablissement et qu’il prend les mesures de protection requises, telles le port d’un masque et le respect des mesures d’hygiène. En cas de refus, le professionnel aura accès au chômage temporaire jusqu’à la fin mars.

Vaccination obligatoire des soignants: JT 16/11/2021

Sur le même sujet

25 nov. 2021 à 11:15
2 min
19 nov. 2021 à 14:36
2 min

Articles recommandés pour vous