RTBFPasser au contenu

Le temps d'une histoire

Patrick Weber raconte… Les femmes de pouvoir : Elizabeth II

Le Temps d’une histoire : Les femmes de pouvoir

Elizabeth II, la reine d’un siècle

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

31 déc. 2021 à 14:3227 min
Par Le temps d'une histoire : les femmes de pouvoir

" Je déclare devant vous tous que je consacrerai toute ma vie, qu’elle soit longue ou brève, à votre service et au service de la grande famille impériale dont nous faisons tous partie. " La jeune femme qui prononce ces mots n’a que 21 ans. Mais elle a conscience qu’elle prononce un discours qui l’accompagnera tout au long de sa vie. Nous sommes en 1947 et depuis l’Afrique du Sud, dans la ville du Cap, Elizabeth II s’adresse à la nation. Les mots sont clairs : elle dédie toute sa vie au Commonwealth. Dès le début tout est dit. Elizabeth n’est pas encore Elizabeth II. Mais elle est déjà l’héroïne centrale de The Crown.

Elizabeth II : la reine d’un siècle

Quand elle naît en 1926, Elizabeth II n’est pas destinée au trône. Son grand-père Georges V règne encore et son oncle est l’héritier. Elizabeth est la fille du duc d’York et de son épouse Elizabeth Bowes Lyon. Ses proches la surnomment " Lilibet "… Georges V, le roi inflexible, meurt en 1936. Lui succède son fils Edouard VIII, amoureux de Wallis Simpson. Comme il ne peut pas l’épouser, il préfère renoncer à la couronne. Il abdique et c’est son frère, le père d’Elizabeth qui monte sur le trône George VI. L’excellent film avec Colin Firth " Le discours d’un Roi " raconte ces moments difficiles d’un roi qui bégaie et qui n’a jamais voulu la couronne.

Le coup de foudre d’Elizabeth

Princess Elizabeth (future Queen Elizabeth II), Philip Mountbatten (also the Duke of Edinburgh) and Princess Margaret pose in the Buckingham Palace on July 09, 1947 in London, the day their engagement was officially announced.
Princess Elizabeth (future Queen Elizabeth II), Philip Mountbatten (also the Duke of Edinburgh) and Princess Margaret pose in the Buckingham Palace on July 09, 1947 in London, the day their engagement was officially announced. AFP

Tout au long du conflit, la famille royale se distingue par son comportement courageux. Elizabeth et sa sœur Margaret restent en Angleterre alors que certains voudraient les exfiltrer au Canada.

En 1940, elle a 14 ans quand elle adresse une première allocution à la radio. En 1945, elle rejoint l’Auxiliary Territorial Service. Lors de la célébration de la victoire, elle se mêle avec sa sœur de manière anonyme à la foule. Après la guerre se pose la question de l’union de future reine. Et sur ce chapitre, Elizabeth impose sa préférence.

L’histoire d’Elizabeth et de Philip, c’est d’abord une histoire d’amour, avec une rencontre romantique et un authentique coup de foudre. Lilibeth (comme on la surnomme à l’époque) est convaincue d’avoir trouvé l’homme de sa vie. C’est même la seule fois où la princesse bouscule les conventions pour imposer son choix. Le mariage est célébré en 1947 au cours d’une cérémonie sobre, à l’image d’une Angleterre qui se relève à peine des années de guerre. Une fois qu’elle a atteint son objectif, Elizabeth n’est jamais revenue sur sa décision même si la romance royale a connu des hauts et des bas, évoquant davantage les sommets de l’Himalaya que les vertes collines du Kent.

Une reine trop jeune

En 1952, alors qu’elle se trouve au Kenya, la princesse apprend la mort de son père. C’est donc une très jeune femme de vingt-six ans qui monte sur le trône sous le nom d’Elizabeth II. Elle commence à régner alors que l’empire que lui ont légué ses ancêtres est en voie de décomposition. Si elle conserve la plupart de ses titres, elle a compris que la couronne doit s’adapter aux changements du monde. Et c’est précisément là que réside la formidable faculté de la monarchie britannique à traverser les siècles. La couronne ne renie rien de son faste ni de son décorum. Le souverain continue à être sacré comme au Moyen-Âge et pas une plume ne manque aux chapeaux des gardes qui l’accompagnent lors de la cérémonie d’ouverture du parlement. Le protocole paraît intangible et le temps ne pas avoir prise sur sa gracieuse majesté. Elizabeth II règne et n’oublie pas sa position unique, d’arbitre placé au-dessus de la mêlée. Pour autant, les coups ne lui sont pas épargnés.

Elizabeth face à Diana

ELIZABETH II-BALMORAL
ELIZABETH II-BALMORAL AFP

Alors qu’elle a toujours appliqué la devise " never explain never complain " (en clair, se taire !), notamment sur le chapitre des écarts conjugaux de son mari, Sa Majesté constate avec effroi que la nouvelle génération n’est plus prête à souffrir en silence. Sur ses quatre enfants, trois mariages se soldent par un divorce, le plus retentissant étant bien sûr celui de Charles et de sa populaire épouse, Diana.

Elizabeth incarne un moment le rôle de la belle-mère acariâtre et réactionnaire. Les attaques sont rudes mais Elizabeth refuse de revoir quoi que ce soit à sa manière de concevoir son rôle de reine, de mère et d’épouse. Pourtant, à y regarder de plus près, il semble que Sa Majesté ait tiré quelques leçons de ses erreurs. Probablement fut-elle trop éloignée de ses enfants, assurément, leur éducation fut-elle trop déconnectée des réalités du temps. Mais avec le temps, la mère sévère s’est muée en grand-mère plus coulante.

Prenons le cas des Cambridge. William est amoureux de Kate et il partage son bonheur avec le royaume… Et la monarchie réussit ce qu’elle fait de mieux : mettre en scène une cérémonie destinée à entrer dans l’histoire. William épouse Kate et Elizabeth II veut à tout prix faire oublier les erreurs du mariage de Charles et Diana.

Le 29 avril 2011, le mariage princier est un sans-faute et redore un peu plus encore le blason de la couronne. En 2018, le mariage de Harry et Meghan ressemble aussi à une belle opération pour la monarchie… Même si on comprendra bien vite que les choses sont beaucoup plus compliquées.

Un jubilé très attendu à Londres

AFP - JACOB KING

Une chose est sûre : la popularité d’Elizabeth est au zénith… Elizabeth est même devenue l’héroïne de The Crown et elle ne boude pas son plaisir quand elle participe aux Jubilés.

Un Jubilé d’Or 2002 pour ses 50 ans de règne… Dix ans après la fameuse Annus Horribilis. Et puis un Jubilé de diamant en 2012 pour ses 60 ans de règne ! Suivra la préparation jubilé de platine en 2022 et qui célébrera 70 ans de règne ! Du jamais vu dans la très longue histoire de la monarchie.

Après Elizabeth II, la monarchie ne sera plus tout à fait la même. Qu’il s’agisse de Charles ou de William, le futur roi d’Angleterre ne pourra pas tirer un trait sur son héritage. Après Elizabeth Ière et Victoria… Elizabeth II a prouvé qu’au Royaume-Uni, la monarchie est d’abord une affaire de pouvoir au féminin.

 

Vous avez envie de découvrir d’autres histoires ?

Comme celles de Cléopâtre ou de Brigitte Macron ?

Patrick Weber vous raconte d’autres Femmes de Pouvoir

Articles recommandés pour vous