RTBFPasser au contenu

Régions Brabant wallon

Passation de pouvoir ce mardi à Grez-Doiceau : le bourgmestre Alain Clabots cède sa place à Paul Vandeleene

Paul Vandeleene (à gauche) va succéder à Alain Clabots (à droite) comme bourgmestre de Grez-Doiceau.
12 oct. 2021 à 04:002 min
Par Hugues Van Peel

Il ne quitte pas la vie politique, mais il se met en retrait, après avoir occupé le devant de la scène pendant de longues années. Ce mardi soir, Alain Clabots va démissionner de son poste de bourgmestre de Grez-Doiceau et redevenir conseiller communal. Il sera remplacé par Paul Vandeleene.

Lors des dernières élections en 2018, Alain Clabots avait annoncé qu’il partirait en cours de législature. Son départ n’est donc pas une surprise. A presque 67 ans, le bourgmestre dit vouloir consacrer plus de temps à sa famille et à ses loisirs. Il souhaite notamment voyager.

Echevin des travaux pendant six ans, bourgmestre pendant neuf ans et conseiller communal de l’opposition le temps d’une législature, Alain Clabots a tissé de multiples relations qui figurent aujourd’hui parmi les meilleurs souvenirs de sa vie de mandataire.

"Si c’était à refaire, je le referais, certainement, explique-t-il. Cela m’a permis de rencontrer énormément de personnes, d’être confronté à énormément de situations. Cela m’a permis de m’ouvrir à un tas d’autre choses."

Alain Clabots n'oublie pas les heures sombres, comme la catastrophe ferroviaire de Pécrot en 2001, ou les graves inondations de l’été dernier. Mais il se remémore aussi quelques uns des projets qu'il a contribué à faire aboutir, de l'espace culturel de Nethen au hall omnisports en passant pas le nouveau bâtiment de la zone de police.

Cinq minutes de courage politique pour le home Renard

Vétérinaire et agriculteur, le bourgmestre sortant se définit comme un homme de terrain, qui préfère l’action aux palabres. Ces dernières années, un dossier en particulier n’a cependant pas pris la tournure qu’il aurait souhaitée: le projet de nouveau home Renard, toujours bloqué.

"Tous ensemble, les 23 conseillers, on a pris une décision commune pour défendre les endroits pour les bassins d’orage. J’espère que dans les semaines ou les mois à venir, on va avoir cinq minutes de courage politique, comme certains l’ont dit avant moi, pour enfin avoir une position commune qui permette d’avancer."

Ce dossier, comme celui des dégâts causés par les inondations, c’est dorénavant Paul Vandeleene, 61 ans, qui devra en assurer le suivi. Alain Clabots salue le volontarisme de son successeur.

"Il y aura une nouvelle approche et du sang neuf. Il est enthousiaste et je vois bien qu’il a envie de faire bouger les choses."

Un ancien directeur d'école devient bourgmestre

De son côté, Paul Vandeleene dit mesurer pleinement la responsabilité qui va bientôt peser sur ses épaules. Mais il s'y est préparé ces derniers mois. Et il pense maintenant être prêt à agir, fort de son expérience comme directeur d'école pendant seize ans.

"Moi, je suis quelqu’un de déterminé et de concret, explique le futur bourgmestre. J’aime coordonner des équipes et gérer des projets, mais que ce soit dans le concret et qu’on arrive à proposer des choses archi-précises sur le terrain. En prêtant serment, je penserai aux Gréziens et aux Gréziennes, à l’engagement qu’ils attendent de la part de leur bourgmestre et du collège communal. Nous devons mesurer qu’il y a des attentes. Tout ne pourra pas être réalisé, mais on devra essayer de mener à bien l’ensemble des projets qui avaient été fixés dans la déclaration de politique communale. Il nous reste trois ans et il y a moyen de faire encore pas mal de choses."

Sur le même sujet

23 nov. 2021 à 16:11
2 min
19 oct. 2021 à 08:58
3 min

Articles recommandés pour vous