RTBFPasser au contenu

C'est vous qui le dites

Pascal : " J'ai changé les étiquettes des barquettes parce que mon chef me l'a demandé "

Pascal : " J'ai changé les étiquettes des barquettes parce que mon chef me l'a demandé "

C'est vous qui le dites

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

09 mars 2018 à 11:161 min
Par C'est vous qui le dites

Après les révélations sur le scandale sanitaire VEVIBA et l’annonce d’un risque potentiel sur la santé des consommateurs à propos de deux types de produits, est-ce qu’aujourd’hui vous avez peur de manger de la viande ?

Le scandale a éclaté hier, des infractions concernant les dates de congélation ou de péremption de viandes ont été falsifiées, des déchets de viandes de catégorie 3 - donc interdits à la consommation humaine - ont été retrouvés dans de la viande hachée. Presque tous les produits VEVIBA, qui représentent 30% du marché belge, ont été préventivement retirés des magasins même si uniquement deux types de produits présentent un risque potentiel pour la santé des consommateurs : la viande hachée ainsi que la queue de vache. Après ces révélations, est-ce que vous avez peur de manger de la viande ?

Pascal de Bouillon est boucher et il ne comprend pas comment un tel scandale a pu éclater : " Une grosse société comme VEVIBA fournit environ 30% du marché, il doit y avoir une rotation dans les stocks parce qu’ils livrent à d’énormes sociétés. Je ne comprends pas comment on peut arriver à avoir des stocks qui datent de Mathusalem ! "

Pour Pascal, ça fait des années que ça se passe comme ça donc il ne faut pas avoir peur de manger de la viande : " Des histoires d’étiquettes, de lots,. .. Ça fait 40 ans que je travaille en boucherie et ça a toujours existé. Ça c’est un fait certains. On change les étiquettes de barquettes préemballées. Moi je l’ai fait parce que mon chef de rayon m’a demandé de le faire dans un grand magasin. L’AFSCA n’existait pas encore. Je ne l’ai pas dénoncé parce que, si on voit que la viande est toujours bonne malgré la date de péremption dépassée, je ne vois pas pourquoi on devrait la jeter. De toute façon, elle n’était pas jetée, elle était retravaillée d’une autre façon. "

Articles recommandés pour vous