RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

"Pas une journée sans qu’un agent ne soit agressé", dénoncent la SNCB, la STIB, le TEC et De Lijn

17 févr. 2022 à 08:00Temps de lecture2 min
Par Estelle De Houck

En 2021, le secteur des transports en commun a déploré 4787 agressions envers ses collaborateurs. Un chiffre en augmentation qui préoccupe la SNCB, le TEC, la STIB et De Lijn. "Stop aux agressions envers les personnes au service des voyageurs", dénoncent les quatre sociétés dans un communiqué.

En moyenne, la SNCB, le TEC et De Lijn ont fait face à 13 agressions par jour en 2021. "Pas une journée ne passe sans qu’un agent ne soit agressé", constatent les trois sociétés de transport en commun du pays. 

Agressions physiques et verbales

25% de ces violences relèvent d’agressions physiques, avec coups, blessures et violence (quatre agressions sur dix pour la SNCB). 75% d’entre elles sont des agressions verbales, avec menaces et insultes. Ces chiffres inquiétants sont d’ailleurs en augmentation.

De l’accompagnateur de train, au conducteur de bus en passant par les agents de sécurité ou des collaborateurs au guichet : l'ensemble du personnel est concerné.

"Les plus grandes causes d’agressions font suite à des discussions avec les voyageurs qui ne disposent pas de titre de transport valide ou sont liées au non-respect des mesures sanitaires", expliquent les quatre sociétés.

"On retrouve également des infractions aux règlements internes, des agressions gratuites ou des personnes qui ont un comportement perturbateur."

La santé mentale des collaborateurs impactée

Ces violences ne sont pas sans conséquence sur la santé mentale de leurs collaborateurs et génèrent de nombreuses incapacités de travail. En 2021, les quatre entreprises ont dénombré pas moins de 440 accidents de travail et 11.433 jours d’incapacité suite à ces agressions. Et cela se répercute bien entendu sur l’offre des transports en commun.

Au début de la pandémie, nos collaborateurs ont reçu de nombreux éloges pour avoir continué à circuler même dans des moments difficiles

"Au début de la pandémie, nos collaborateurs ont reçu de nombreux éloges pour avoir continué à circuler même dans des moments difficiles, pour avoir continué à remplir leur rôle social pour tous ceux qui en avaient réellement besoin. Cela contraste fortement avec les agressions verbales et physiques auxquelles nos collaborateurs sont régulièrement confrontés dans l’exercice de leur fonction", remarque Ann Schoubs, CEO de De Lijn.

Quelles conséquences pour les agresseurs ?

A noter que les agresseurs s’exposent à de lourdes conséquences. "Des dossiers avec jugements pénaux peuvent se clôturer sur des peines de prison, tant fermes qu’avec sursis. Les agresseurs encourent aussi des sanctions financières ou des peines de travaux d’intérêt général : ils s’exposent donc à des condamnations majeures lorsque les dossiers sont portés devant le tribunal pénal."

"Les agressions à l’encontre du personnel des services publics sont aussi considérées comme une circonstance aggravante, avec un doublement de la sanction", souligne également le communiqué. 

Sur le même sujet :

Sur le même sujet

Perturbations sur le réseau De Lijn vendredi en raison d'une journée d'actions syndicales

Belgique

Les problèmes d'affichage résolus dans les gares

Belgique

Articles recommandés pour vous