QR

Pas de diminution de la TVA mais un nouveau chèque mazout en vue et un refinancement du fond mazout

Karine Lalieux : "Il y aura un deuxième chèque mazout"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

08 sept. 2022 à 09:03 - mise à jour 08 sept. 2022 à 09:52Temps de lecture2 min
Par Maud Wilquin

C’est sur l’énergie que débattaient de nouveau les intervenants de "QR le débat" ce mercredi soir. Invitée sur le plateau, la secrétaire générale du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, Christine Mahy, faisait état des difficultés grandissantes des Belges et appelait les autorités à aider davantage leurs citoyens. "Il faut continuer les mesures structurelles en travaillant sur l’augmentation des revenus et en combattant la libéralisation de l’énergie. Mais dans l’immédiat, aider les gens, accepter de passer par des mesures transitoires directes. Il faut que la classe moyenne et que les entreprises bénéficient d’aides".

"Il y a longtemps qu’il y a un rapport de force inégal entre les fournisseurs d’énergie et le consommateur, et ce bien avant la crise. Pour arriver à avoir des plans de paiement raisonnables, par exemple, il faut se lever tôt", déclare-t-elle. "Qu’on impose aux fournisseurs dès maintenant d’accepter des plans de paiement raisonnables. Il faut rééquilibrer les choses en allant chercher l’argent des surprofits et le fonctionnement."

Plus encore, "nous demandons de nouveaux chèques mazout et de nouveau chèques électricité. Il faut des aides directes aux ménages, proportionnelles aux gens qui en ont besoin. Et je ne parle pas que des plus pauvres."

Christine Mahy : "Nous demandons de nouvelles aides directes aux ménages"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Un message entendu par la ministre de l’Intégration sociale Karine Lalieux (PS). "Parallèlement à l’extension des tarifs sociaux et tarif élargis, il y a une négociation sur un nouveau chèque mazout et sur le financement du fond mazout pour aider les plus défavorisés", annonce-t-elle. "Pour l’électricité et le gaz, on préfère travailler sur un tarif élargi pour les travailleurs et les classes moyennes", ajoute-t-elle en rappelant aux citoyens de consulter leur mutuelle pour savoir s’ils peuvent bénéficier ou non des aides du gouvernement.

Pas de diminution de TVA sur le mazout

En revanche, une diminution de la TVA sur le mazout semblable à la diminution de la TVA sur le gaz et l’électricité n’est pas envisageable, affirme fermement la ministre.

"On l’a déjà fait pour partie", répond de son côté le vice-premier ministre Georges Gilkinet (Ecolo). "On est dans un cadre européen, le choix que nous avons posé sur l’avenir est de transformer la TVA, qui dépend du prix, en accises, qui dépendent du volume. Cela permettrait d’avoir un niveau de taxation beaucoup plus stable et dynamique."

Toutefois, la meilleure solution réside selon lui dans l’augmentation des revenus nets des travailleurs. "Pour pouvoir se fournir en besoins de premières nécessités, c’est sur le revenu qu’il faut continuer à travailler. On l’a fait en relevant les pensions basses et les salaires minimaux. On doit continuer à le faire par la fiscalité. Et ce que nous proposons pour cela, c’est un crédit d’impôt. Proposer davantage de revenus nets aux travailleurs, salaires bas, salaires moyens, de façon à permettre de disposer des moyens pour poser les choix qui leur sont nécessaires."

Georges Gilkinet et Karine Lalieux sur la baisse de la TVA du mazout

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

"QR le débat" : l’Etat peut-il sauver notre pouvoir d’achat ? Suivez notre live sur La Une et sur Auvio

QR

Jean-Pierre Hansen (ex-Electrabel): "Confier toute l’énergie au marché a été une erreur essentielle"

Belgique

Articles recommandés pour vous