Belgique

Parlement wallon : le Bureau suspend le greffier six mois "dans l’intérêt du service"

Parlement wallon : le greffier est suspendu pour six mois

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

15 sept. 2022 à 10:01 - mise à jour 15 sept. 2022 à 12:25Temps de lecture2 min
Par Jean-François Noulet

Le Bureau du Parlement wallon s’est réuni une nouvelle fois, ce jeudi matin, pour examiner le dossier du greffier du Parlement, Frédéric Janssens, et a décidé de suspendre ce dernier pour une période de six mois, dans l’intérêt du service.

Lundi, des informations parues dans Le Soir, faisaient état de faits de harcèlement à l’égard du personnel du Parlement et de l’ouverture d’une information judiciaire suite au dépôt d’une plainte. Il était aussi question de dépenses importantes du Parlement.

Mardi, le Bureau du Parlement avait auditionné le greffier mais n’avait pas pris de mesures particulières, souhaitant poursuivre l’enquête.

Ces dernières heures, les témoignages s’étaient accumulés du côté du personnel pour dénoncer la manière de travailler du greffier et exposer le malaise vécu par le personnel. Une partie des agents du Parlement ont envoyé, ce jeudi, un courrier au Bureau du Parlement pour réclamer d’être pris en considération.

© Tous droits réservés

"La situation n’était plus tenable" (J-C. Marcourt)

A l’issue du Bureau, son président, Jean-Claude Marcourt (PS) a accordé une interview à la RTBF et commenté la décision de suspendre pendant six mois le greffier du Parlement. "Je crois que Monsieur Janssens avait parfaitement intégré que la situation n’était plus tenable ni pour lui, ni pour les agents", a expliqué Jean-Claude Marcourt. "C’est la raison pour laquelle nous avons, en partageant cette analyse, décidé de l’écarter dans l’intérêt du service", a-t-il ajouté.

Dans le communiqué envoyé au personnel du Parlement, le Bureau souhaite, par cette décision de suspension du greffier, "pouvoir développer avec l’ensemble du personnel un dialogue" et, "en toute transparence, participer à cette amélioration du climat social".

Le Bureau a aussi informé le personnel qu’une rencontre serait organisée avec le conseil du personnel pour établir un programme de consultation. Pour rappel, le conseil du personnel est l’organe au sein du Parlement wallon par lequel les membres du personnel sont représentés. Il n’y a pas de délégations syndicales dans les parlements.

Ce matin, une cinquantaine d’agents avaient envoyé une lettre au Bureau du Parlement pour lui demander d’intervenir. Selon Jean-Claude Marcourt, interrogé par la RTBF, ce n’est pas ce courrier qui a déclenché la décision de suspendre le greffier. "Le courrier n’est pas inutile, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit", a déclaré le Président du Bureau. "Nous allons prendre contact avec le Conseil du personnel et voir comment nous pouvons répondre aux attentes", a-t-il ajouté. Mais, a précisé Jean-Claude Marcourt, "la décision (de suspendre le greffier) n’a pas été la conséquence de ce courrier. La décision a été prise avant. Nous savions aujourd’hui que c’était la décision que nous allions prendre", a ajouté le Président précisant qu’il s’était concerté hier avec ses collègues.

Le Bureau examine aussi la possibilité de se faire accompagner d’un organe extérieur pour lui permettre d’atteindre les objectifs fixés.

Le Bureau encourage aussi les membres du personnel à s’exprimer et les assure de sa confiance pour effectuer les tâches qui leur reviennent.

Sur le même sujet

#Investigation : un greffier hors de contrôle

Investigation

Dépenses du Parlement wallon : après les dérapages, mise en route de la première réunion de la commission de la comptabilité

Politique

Articles recommandés pour vous