RTBFPasser au contenu

Cyclisme

Paris - Roubaix - Mathieu van der Poel ne craint pas la pluie pour sa 1ère participation: "Ça a l'air cool"

Mathieu van der Poel se prépare à Paris-Roubaix

Mathieu van der Poel courra dimanche son premier Paris-Roubaix. "Si je peux gagner? Je crois que oui", a-t-il répondu lors d'une conférence de presse en ligne, jeudi soir.

Van der Poel est parti reconnaître les premiers tronçons du parcours de la course jeudi, jusqu'à la trouée d'Arenberg. "Non, ils n'étaient pas mouillés. Ils étaient même plutôt secs", a-t-il constaté. "Ce n'était mouillé et boueux que sur un passage, mais pour le reste, c'était plutôt bien. Donc, non, je ne sais pas encore ce que c'est de rouler sur des pavés glissants. Nous verrons bien ça dimanche. Je peux en effet m'imaginer que c'est plus dangereux si c'est mouillé."

"Et je me réjouis d'avoir un Paris-Roubaix sous la pluie", a-t-il poursuivi. "Ça m'a l'air cool. Bien sûr, je comprends ce que disent d'autres coureurs, comme quoi c'est dangereux et qu'il y a plus de risques de chutes, mais j'en ai quand-même envie. Il suffit d'être encore plus prudent que quand il fait sec. Le cyclisme est déjà technique par temps sec, ce sera encore plus difficile dans des conditions humides."


►►► À lire aussi : Wout van Aert sans "sentiment de revanche" à Paris-Roubaix : "Motivé, mais on verra ce qu'il reste dans le réservoir"

►►► À lire aussi : Philippe Gilbert : "Il faut être honnête, on ne peut pas ambitionner un bon résultat"


 

Loading...

Ces problèmes de dos n'ont pas encore disparu, mais ça ne me dérange pas pendant la course.

"En tant que coureur de cyclocross, j'ai peut-être un avantage sur les pavés. D'un autre côté, nous roulons en peloton et il est difficile de contrôler ce que font ceux qui sont devant vous. Il faut faire attention, faire la course devant et rester autant que possible à l'abri des problèmes. Mais on ne peut pas avoir le contrôle total à Roubaix."

Van der Poel, qui souffrait du dos, a dû renoncer à des courses lors de sa préparation. Il ne s'est élancé pour les championnats du monde qu'avec trois courses dans les jambes depuis les Jeux, et a finalement terminé 8e. "Ces problèmes de dos n'ont pas encore disparu, mais ça ne me dérange pas pendant la course. J'espère que les championnats du monde m'ont donné ce petit plus. Je savais qu'il serait difficile d'atteindre une forme optimale pour les championnats du monde, mais j'espère être plus fort pour Roubaix avec cette course dans les jambes. Si je peux lutter pour la victoire dans l'Enfer? Oui, je le crois bien. Pourquoi pas ? Dans une telle course, c'est difficile. Ce serait beau de clôturer la saison en beauté, mais je sais aussi qu'il est difficile de gagner là-bas."

Articles recommandés pour vous