RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Bruxelles

Parc du Cinquantenaire : la mise en lumière succède aux travaux sur le petit patrimoine

La restauration des nombreuses statues du parc a été adaptée aux différents matériaux utilisés.
05 mars 2020 à 14:41Temps de lecture2 min
Par Belga

Beliris, l’équipe fédérale en charge de projets de construction et de rénovation en Région bruxelloise, a annoncé jeudi la fin des rénovations du petit patrimoine dans le parc du Cinquantenaire et le début de la mise en lumière des arcades, des façades des musées et de leurs abords.

La restauration du patrimoine, commencée en septembre 2018, a été entièrement financée par Beliris pour un montant de 2,7 millions d’euros. "La rénovation et la restauration de ce petit patrimoine participent à la beauté de l’ensemble et Beliris a une nouvelle fois démontré son savoir-faire en agissant dans le respect des œuvres initiales", souligne la Première ministre en charge de Beliris, Sophie Wilmès.

Statues, gargouilles, grilles et clôtures

Bâti à l’occasion de l’Exposition universelle de Liège en 1905 pour faire la démonstration des matériaux de construction, le pavillon à l’entrée du parc a été complètement rénové. Il deviendra un point d’information. Plus d’un kilomètre de clôture a également été restauré. Les grilles en fer forgé ont été démontées et transférées dans un atelier spécialisé où elles ont été décapées, traitées contre la rouille, peintes à l’huile de lin et patinées. La restauration des nombreuses statues du parc a été adaptée aux différents matériaux utilisés. La tour Beyaert, les deux exèdres et les grandes balustrades le long de l’avenue de la Chevalerie ont été nettoyées par microsablage et restaurées. Quatre nouvelles gargouilles ont aussi été sculptées selon le modèle d’origine pour la tour Beyaert.

 

Un éclairage plus écologique

Les travaux liés à l’illumination des arcades et des façades des musées ont eux débuté lundi. Leur durée est estimée à un an. Un budget total de 1,6 million d’euros a été prévu, dont 25% financés par la Régie des Bâtiments, propriétaire du site, et 75% par Beliris. "Le premier objectif est la valorisation du patrimoine et de l’architecture", explique Marianne Hiernaux, porte-parole de Beliris. "Ensuite, c’est de faire un éclairage plus écologique. Il date des années '70 et donc on va mettre du LED partout et avoir une gestion centralisée de l’éclairage pour pouvoir le diminuer à certains moments. […] Aujourd’hui, il y a des spots qui aveuglent les passants. L’idée est de rendre l’éclairage plus agréable pour les promeneurs et d’éclairer certains chemins qui ne le sont pas aujourd’hui au niveau de l’hémicycle et de l’esplanade. Enfin, on veut rendre cet éclairage plus fonctionnel pour les événements."

 


 

Articles recommandés pour vous