Pakistan: décès d'une femme opérée par un faux chirurgien

© © Tous droits réservés

07 juin 2021 à 12:40Temps de lecture1 min
Par Belga

Une octogénaire est morte au Pakistan après avoir été opérée par un ancien gardien de sécurité d'un hôpital de Lahore (Est) qui s'était fait passer pour un médecin, a-t-on appris lundi auprès de la police.

Shameema Begum, âgée de 80 ans, est morte dimanche, deux semaines après l'"opération" effectuée par Muhammad Waheed Butt pour traiter sa blessure au dos.

"Nous ne pouvons surveiller tout le temps ce que fait chaque médecin et chacun. C'est un grand hôpital", a expliqué un responsable administratif de l'hôpital Mayo à Lahore, sous le couvert de l'anonymat.

Selon ce responsable, l'inconnue demeure sur le type de chirurgie réalisée par l'imposteur en salle d'opération, où un technicien qualifié était également présent.

Les hôpitaux publics au Pakistan, où les malades doivent payer pour des soins, peuvent fréquemment se révéler chaotiques.

La famille de l'octogénaire a payé Muhammad Waheed Butt pour qu'il réalise l'opération ainsi que deux visites consécutives à domicile pour des pansements. Mais voyant la douleur et les saignements s'aggraver, la famille l'a ramenée à l'hôpital et découvert ce qui s'était passé.

Le corps de Shameema Begum va être autopsié pour s'assurer que le décès est dû à des complications de cette fausse opération.

"Le gardien a été inculpé et se trouve aux mains de la police", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police de Lahore, Ali Safdar. "M. Butt s'est fait passer pour un médecin et a effectué des visites à domicile auprès d'autres malades par le passé".

A l'hôpital Mayo, des membres du personnel ont expliqué que Muhammad Waheed Butt avait été renvoyé il y a deux ans pour avoir tenté d'extorquer de l'argent à des malades.

En mai, à l'hôpital général de Lahore, un homme avait été arrêté pour s'être fait passer pour un médecin et avoir soutiré de l'argent à des malades dans le service chirurgical.

En 2016 à l'Hôpital des Services de Lahore, le deuxième en importance du pays, une femme qui prétendait être une neurochirurgienne a pu participer à des opérations huit mois durant aux côtés de médecins qualifiés.

Sur le même sujet

Une école publique pour les transgenres ouvre au Pakistan, une première

Monde

Articles recommandés pour vous