Regions Namur

Ouverture de la chasse : un collectif pour dénoncer les dérives

La chasse permet de réguler la population de gibier et notamment de sangliers mais elle peut être à l'origine de certaines dérives que dénoncent un collectif composé de 79 associations. Elles demandent de revoir la législation qui date de 1882.

© RTBF -Arnaud Pilet

29 sept. 2022 à 16:05Temps de lecture2 min
Par Gregory Fobe

Ce premier octobre marque le début de la chasse en battue pour le grand gibier comme le cerf, le chevreuil ou encore le sanglier. En fonction des espèces et des pratiques, le calendrier peut varier. La chasse joue un rôle au niveau de la régulation de la population de gibier mais des associations en dénoncent aussi les dérives. Rassemblées dans un collectif qui vient d’organiser un colloque à Namur, elles demandent une révision de la loi qui la régit et qui date de 1882. Pour la coordinatrice du collectif Fanny Cloutier, il faut revoir ce texte totalement dépassé tout en évitant de mettre tous les chasseurs dans le même sac : " Nous vivons dans un environnement de plus en plus urbanisé et certaines espèces en surpopulation peuvent provoquer de gros dommages. Il faut donc y remédier sinon la situation peut rapidement devenir incontrôlable. Le problème c’est la chasse de loisir. Certains n’hésitent pas à nourrir les animaux voire à lâcher du petit gibier, ce qui non seulement ne règle pas le problème mais l’aggrave ! "

Des dommages sur la biodiversité

"Ce type de comportement qui favorise l’augmentation de la population du gibier pour ensuite le traquer peut aussi entraîner des conséquences graves sur la biodiversité", souligne Harry Mardulyn de chez Natagora, l’une des 79 associations membres du collectif. " Une horde de sangliers va labourer le sol de nos forêts et détruire les nichées des oiseaux. Certaines espèces comme la gélinotte ont tout simplement disparu. Les populations de reptiles et notamment les serpents ont aussi été lourdement impactées. "

L’ancien président de Natagora insiste aussi sur l’importance de ne pas monopoliser des zones et de vivre en bonne entente avec les amoureux de la nature et les promeneurs. Harry Mardulyn dénonce également une série de comportements et de pratiques des chasseurs qui peuvent faire souffrir gratuitement l’animal. " La battue à cor et à cri doit être bannie. Les animaux sont stressés. Les tirs se font dans la course et ne sont pas toujours précis. Le gibier blessé peut s’enfuir et ensuite agoniser pendant des jours ! C’est une pratique d’un autre temps ".

Grâce à une pétition signée par plus de 1400 personnes le collectif "Stop aux dérives de la chasse"  va pouvoir se rendre au parlement wallon pour défendre sa cause au demander une révision de la loi sur la chasse. L’audition est programmée ce 4 octobre.

Ecoutez les explications de Grégory Fobe

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Ouverture de la chasse : quels sont les droits et obligations des chasseurs et des promeneurs ?

Regions Hainaut

Articles recommandés pour vous