Regions Hainaut

Ouverture de la chasse : quels sont les droits et obligations des chasseurs et des promeneurs ?

Le garde champêtre Charles Du Bois D'Enghien veille à ce que les règles de chasse soient respectées par les promeneurs et les chasseurs

© © Tous droits réservés

30 sept. 2022 à 07:57 - mise à jour 30 sept. 2022 à 07:57Temps de lecture2 min
Par Arnaud Montero, Florence Dussart

Promeneurs, autant le savoir, ce samedi 1er octobre, c’est l’ouverture de la chasse. Si vous croisez des panneaux, "Attention chasse ! Passage interdit !", il est vivement conseillé de prendre le message très au sérieux. C’est le conseil du garde champêtre que nous avons rencontré.

Charles du Bois d’Enghien veille au respect des règles de chasse sur les communes de Thieu et du Roeulx dans la région du Centre. Son message est clair pour le promeneur : "Prenez très au sérieux les panneaux d’interdiction"

Les armes de chasses sont faites pour tuer le plus rapidement possible

Au mieux vous risquez une amende de 75 euros, mais "on risque surtout pour sa santé et sa vie, prévient-il. Un être humain qui promène dans les bois alors qu’il ne peut pas et qu’il a bien été prévenu, il prend énormément de risques ! Ça va peut-être heurter, ce que je vais dire, mais toutes les armes de chasse sont faites pour tuer, proprement, le plus rapidement possible". En effet, la règle, pour le chasseur, c’est de tuer sur le coup le gibier. S’il venait, par exemple, à blesser un faisan, Il se doit d’abord de le poursuivre pour l’achever avant de continuer sa chasse. On ne laisse pas une bête blessée en liberté.

Image d’illustration
Image d’illustration Pexels

Mais le chasseur a d’autres règles à respecter. Evidemment, il doit détenir un permis de chasse ; et avoir l’autorisation de tuer tel ou tel gibier. Mais il doit aussi assurer la pérennité de l’espèce qu’il chasse. Exemple, on va plutôt tuer un faon que sa mère : "la mère a déjà un an ou deux, on est certains qu’elle va passer l’hiver, qu’elle va s’en sortir, qu’elle a acquis tous les mécanismes de défense -y compris par rapport au chasseur. Tandis que le faon est encore un peu innocent". Cet automne la cible privilégiée des chasseurs hennuyers, ce sera de toute façon le sanglier, de plus en plus présent sur notre territoire.

Photo d'illustration
Photo d'illustration Pexels

Un chasseur peut-il boire de l’alcool pendant la chasse ?

C’est un sujet qui a fait débat en France ces dernières semaines. Le parlement français veut réglementer la chasse et interdire toute consommation d’alcool. Mais qu’en est-il chez nous ? Charles du Bois d’Enghien est très clair sur la question : même si ce n’est pas écrit noir sur blanc, le chasseur belge ne peut pas être ivre : "C’est une des causes pour lesquelles un garde-chasse peut désarmer un chasseur, c’est quand il est en état d’ébriété manifeste. Au même titre que s’il est masqué, s’il refuse de se faire connaître etc, mais un garde, ou un agent du DNF ou un policier peut saisir une arme si le chasseur est en état d’ébriété. C’est très très très très rare", ajoute le garde champêtre. "Avant, au rond du matin (ndlr, la réunion d’information que tiennent les chasseurs avant la partie de chasse), on voyait encore une bistouille, un genièvre, un cognac. Ça… C’est fini. La mentalité a évolué, hein !"

Ouverture de la chasse ce 1er octobre. Dans les deux camps, promeneurs, chasseurs, soyez prudents !

Ecoutez ici notre reportage

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Ouverture de la chasse : un collectif pour dénoncer les dérives

Regions Namur

Les chasseurs demandent une meilleure régulation des corvidés

Environnement

Articles recommandés pour vous