Sportives

Où est passée Elnaz Rekabi, la grimpeuse iranienne qui a concouru sans voile en compétition ?

© AFP or licensors

18 oct. 2022 à 16:37Temps de lecture3 min
Par AFP (édité par Christophe Delstanches)

L’inquiétude persistait mardi sur le sort d’une sportive iranienne, Elnaz Rekabi, qui a participé sans voile aux championnats d’Asie d’escalade en Corée du Sud, un geste perçu comme un signe de solidarité avec les manifestations en Iran.

Elnaz Rekabi, 33 ans, portait un bandana lors de l’épreuve d’escalade de bloc et un bandeau laissant apparaître ses cheveux lors d’une seconde épreuve, selon les images diffusées par la Fédération internationale d’escalade.

La compétition, où elle s’est classée quatrième, se déroulait dimanche, un mois jour pour jour après la mort de Mahsa Amini arrêtée à Téhéran pour "port de vêtements inappropriés" en raison d’un voile couvrant insuffisamment ses cheveux au regard de la police des mœurs et qui a déclenché une vague de manifestations dans tout le pays.

Le sport est devenu un sujet extrêmement sensible en Iran depuis ces manifestations, plusieurs sportives iraniennes de renom s’étant exprimées en faveur des droits des femmes. Des footballeurs célèbres ont également été inquiétés pour des commentaires sur le mouvement, comme la légende du foot Ali Daei, qui s’est vu brièvement confisquer son passeport.

Dans son premier commentaire depuis dimanche, Elnaz Rekabi a présenté sur son compte Instagram, comptant plus de 200.000 abonnés, "des excuses pour l’inquiétude" qu’elle a pu causer et assure que la décision de retirer son voile n’était "pas intentionnelle" mais motivée par l’appel à effectuer l’épreuve plus tôt que prévu.

© AFP or licensors

La République islamique impose aux sportives iraniennes le port du voile même dans les compétitions à l’étranger.

Des partisans sur les réseaux sociaux de la contestation avaient qualifié Mme Rekabi d'"héroïne", publiant des images de son escalade accompagnées du slogan de la mobilisation "femme, vie, liberté".

Sous pression ?

"Je suis actuellement sur le chemin du retour vers l’Iran avec l’équipe selon le calendrier prévu", annonce l’intéressée sur Instagram.

Mais les circonstances de la publication de ce communiqué ont soulevé de nombreuses interrogations car des informations non confirmées ont fait état de pressions sur Elnaz Rekabi de la part de responsables iraniens en Corée du Sud.

La BBC en persan a cité une source anonyme affirmant que ses amis n’avaient pas réussi à la joindre et que l’équipe aurait quitté son hôtel à Séoul lundi, soit deux jours plus tôt que prévu.

Son téléphone portable et son passeport lui ont été confisqués, selon la même source.

Le site d’informations Iran Wire rapporte que le président de la fédération iranienne d’escalade l’aurait attirée à l’ambassade d’Iran pour la conduire directement à l’aéroport.

Il aurait promis à Elnaz Rekabi qu’elle pourrait rentrer saine et sauve en Iran à condition de remettre son téléphone et son passeport, selon le média.

Mais l’ambassade d’Iran à Séoul a démenti "toutes les fausses informations et la désinformation" au sujet de sa situation et affirmé qu’elle avait quitté la Corée du Sud avec ses coéquipiers mardi, selon un communiqué adressé à l’AFP.

Loading...

Le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme de l’ONU a indiqué être "au courant" de ce dossier et prévenu qu’il le "suivrait très attentivement", selon une déclaration d’une de ses porte-paroles, Ravina Shamdasani, à Genève.

"Les femmes ne devraient jamais être poursuivies pour ce qu’elles portent. Elles ne devraient jamais subir de violations de leurs droits telles que la détention arbitraire ou quelque forme de violence que ce soit en raison de ce qu’elles portent", a-t-elle dit.

Elnaz Rekabi est la deuxième Iranienne connue pour avoir participé non voilée à une compétition sportive depuis l’avènement de la République islamique en 1979, après la boxeuse Sadaf Khadem en 2019, exilée en France depuis.

L’agence de presse iranienne Fars, qui exprime les tendances les plus autoritaires du régime, a dénoncé sans la nommer l’attitude d’Elnaz Rekabi dans un éditorial publié mardi.

L’auteur se demande pourquoi les médias "occidentaux, sionistes et saoudiens" ont ignoré les performances de sportives iraniennes voilées pour "mettre en lumière celles d’une femme au comportement non conventionnel".

Loading...

Où est passée Elnaz Rekabi, la grimpeuse iranienne qui a concouru sans voile en compétition ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous