RTBFPasser au contenu
Rechercher

Open d'Australie

Open d’Australie : Kimberley Zimmermann, ou le bonheur de jouer un premier match en Grand Chelem

Kimberley Zimmermann a joué son premier match dans le tableau final d’un tournoi du Grand Chelem

Pour les meilleurs, les cent meilleurs joueurs, les cent meilleures joueuses du monde, participer chaque année aux tournois du Grand Chelem est une évidence. Sauf blessure ou empêchement "sanitaire" (on n’y reviendra pas). Pour les doubles les plus performants aussi. Etre de la partie est tout naturel.

Pour des centaines et des centaines de professionnel (le) s, participer un jour à l’un des quatre plus grands tournois du monde restera un rêve inaccessible.

Et puis, il y a ceux, et celles, qui progressent, qui se battent, qui mûrissent, qui grimpent au classement, et qui finissent par y arriver. Qui rejoignent le tableau final de l’Australian Open, de Roland-Garros, de Wimbledon, ou de l’US Open. Pour eux, c’est un événement personnel important, qu’ils restent plus ou moins dans l’anonymat, ou qu’ils réussissent ensuite une grande performance.

Pour Kimberley Zimmermann, l’événement a eu lieu. Elle avait déjà disputé des qualifications en Grand Chelem, à Melbourne et en Wimbledon, sans réussir à s’en sortir. Mais là, elle était pour la première fois dans un grand tableau. De double.

Il n’y a pas de qualifications, en double, donc il n’y a pas de possibilité d’aller chercher des lucky losers, en cas de forfaits. Mais il y a des équipes placées dans une sorte de réserve. La joueuse bruxelloise, 92e mondiale en double, était dans cette réserve, avec la Slovaque Anna Karolina Schmiedlova. "Je suis venue jouer les deux premiers tournois de la tournée australienne. Et je m’étais inscrite, pour tenter d’entrer dans le tableau de l’Australian Open. Quand j’ai quitté la Belgique, j’étais quatrième sur la liste d’attente. Et quand le tirage au sort a été effectué, j’étais deuxième remplaçante".

Et c’est ce mercredi matin qu’elle a appris qu’elle entrait dans le tableau. "J’avais entendu des rumeurs hier soir, qui disaient qu’il y avait eu des forfaits, mais la WTA ne me l’a confirmé que deux ou trois heures avant ma rencontre. J’avais de toute façon décidé de me préparer comme pour un jour de match, au cas où".

 

Le duo a été battu au premier tour, par les neuvièmes têtes de série du tournoi. "Je suis malgré tout très contente d’avoir atteint cet objectif, assez important dans ma carrière. En plus, cela rembourse une partie des frais de mon voyage, mais ce n’est pas l’essentiel. Le plus important pour moi, c’était de pouvoir vivre l’expérience de participer à un tournoi du Grand Chelem."

Kimberley Zimmermann fait donc partie du top 100 mondial en double. L’année dernière, elle a même gagné son premier tournoi WTA. En simple, elle n’est que 527e, et cela fait quelques mois qu’elle n’a plus joué de matches. "Je n’ai pas encore pris de décision pour la suite. Ces derniers temps, j’ai fait du double une priorité, avec cet objectif de participation à un Grand Chelem. Mon classement en double me permet de jouer des tournois assez importants, dans lesquels je n’entre pas en simple. C’est pour cela que j’ai un peu mis le simple sur le côté. Mais je ne souhaite pas arrêter tout à fait le simple. J’aimerais en jouer, certaines semaines. Et voir s’il y a moyen de combiner les deux de temps en temps."

On verra donc pour le simple. En double, l’idéal serait d’encore un peu progresser au classement, histoire de ne plus devoir vivre cette attente liée au statut de réserviste. "C’est mon objectif pour les prochaines semaines et les prochains mois. Si je parviens à entrer dans le top 80 ou le top 70, je serai d’office dans le tableau des Grands Chelems. Et en plus, je ne devrai plus compter sur des partenaires mieux placées dans la hiérarchie, en espérant avoir un bon classement combiné."

Ecoutez Kimberley Zimmermann...

Kimberley Zimmermann après son premier match en Grand Chelem, à l'Australian Open

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous