RTBFPasser au contenu

Regions Liege

"On veut liquider l’héritage de Mazzonis" : Philippe Monfils réclame une réunion d’urgence du Conseil d’administration à l’Opéra de Liège

"On veut liquider l’héritage de Mazzonis" : Philippe Monfils réclame une réunion d’urgence du Conseil d’administration à l’Opéra de Liège
15 nov. 2021 à 17:222 min
Par Anne Poncelet

C’est une ambiance délétère qui règne actuellement au sein de l’Opéra Royal de Wallonie. Le décès de Stefano Mazzonis et la désignation d’un nouveau directeur Stefano Pace fait émerger des tensions et, semble-t-il, un début de guerre des clans, entre les partisans de l’ancien directeur et ceux d’une nouvelle direction qui pose ses jalons.

Et pour Philippe Monfils, le vice-président du conseil d’administration de l’ORW, le conseil d’administratif est soit passif (et je m'en suis plaint), soit dans l’ignorance de ce qu’il se passe. Je demande la tenue d’un conseil en urgence, déclare l’ancien ministre libéral, bien avant celui du 7 décembre, pour qu’on voit clair."

Des tensions qui s’accumulent

Ces dernières semaines, deux chanteurs ont été écartés à quelques jours d’une première, un responsable de ressources humaines a été remercié ; une ancienne assistante, évincée il y a cinq ans par l’ancienne direction, a été réintégrée. Et cet après-midi, on apprenait par communiqué que la cheffe Speranza Scappucci avait décliné l’offre de poursuivre son travail à Liège au-delà de juin prochain, pour cause d’agenda surchargé. "Et j’apprends que Madame Scappucci ne renouvelle pas son mandat. Et on n’est pas au courant !" déplore encore Philipe Monfils.

Vu de l’extérieur tout cela ne respire pas en tout cas la sérénité, même si le départ de la cheffe italienne était, nous affirme t-on à plusieurs sources, connu depuis quelques semaines et sans lien avec ces tensions. L’ORW a également justifié le licenciement des deux chanteurs :"le directeur général et artistique de l’Opéra Royal de Wallonie-Liège a pris la décision de remplacer deux solistes, estimant qu’ils ne rencontrent pas en ce moment la qualité nécessaire pour assurer le niveau de la production".

Une guerre de clans ?

A-t-on affaire à une sorte de guerre des clans, entre les anciens et les nouveaux ? "Je suis persuadé qu’il y a quelque chose, affirme Philippe Monfils, que l’on veut liquider une partie de l’héritage de Monsieur Mazzonis, ce n’est pas possible autrement. Il avait fait la nouvelle saison, il semblerait qu’on la mette en question. Tout ça n’est pas sérieux. Il n’y a pas les anciens de Mazzonis et les modernes ; il y a de gens qui sont respectueux de ce qui a été fait. Et même s’il faut remettre en cause un certain nombre de choses, il faut que le conseil d’administration soit avertiTout cela me semble dangereux pour l’institution On ne peut pas accepter ça dans une maison qui occupe près de 250 personnes, qui est une maison importante. Nous sommes en train de plonger dans un poto-poto que hélas Liege connaît très bien dans d’autres secteurs.

Voilà en tout cas des déclarations qui ne devraient pas ramener le calme et la sérénité attendus… tant à l'Opéra que dans les cénacles politiques liégeois. 

Le Moment musical

Solistes remplacés à l'opera royal de wallonie

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous