RTBFPasser au contenu

Voyage - Destinations

On ne peut pas faire du tourisme durable sans choisir la France comme destination

On ne peut pas faire du tourisme durable sans choisir la France comme destination.
07 oct. 2021 à 10:00 - mise à jour 21 oct. 2021 à 10:031 min
Par RTBF TENDANCE avec AFP

Et vous, comment définiriez-vous le tourisme durable ? Lorsque l'on veut réduire l'empreinte carbone de ses vacances, on ne parle pas uniquement de préférer le train ou de séjourner dans une cabane.

En 2020, les Français ont redécouvert leur pays

Souvenez-vous... Eté 2020, on redécouvrait les joyaux du territoire hexagonal de nos voisins, incités par la pandémie mondiale à rester dans les parages, faute de pouvoir passer facilement les frontières. Ces vacanciers savaient-ils au moins qu'ils avaient mis le pied dans l'engrenage du tourisme durable, local, domestique ?  

Depuis le déclenchement de la crise sanitaire, l'impact environnemental du tourisme n'a jamais autant été remis en cause.

Le concept de voyages plus responsables est devenu une question très sérieuse que ne se posent plus seulement les "écolos" de la première heure.

Les critères d’un séjour éco-responsable

D'après une étude de VVF Ingénierie réalisée auprès de 4300 Français, le choix de la destination est primordial pour respecter l'idée d'un tourisme plus vert.

41,6% des répondants estiment par exemple qu'il faut voyager moins loin si l'on ambitionne de réduire l'empreinte carbone de ses vacances.

Si le respect de la nature est une évidence (86,1%), 85,6% imposent le choix d'un hébergement écoresponsable tandis que 70,3% considèrent l'achat de produits locaux comme une caractéristique du tourisme durable.

Étonnamment, le mode de déplacement n'est pas une condition sine qua non (45%). D'ailleurs, 86% des répondants privilégient la voiture pour partir. 

Le tourisme durable survivra-t-il à la crise sanitaire ?

Dans les faits, plus d'un quart des sondés estiment faire partie de ces voyageurs qui font attention à la planète quand ils partent en escapade. 26,5% se disent même totalement convertis et 66% le sont partiellement.

En vrai, ils s'estiment responsables parce que, sur place, ils recyclent leurs déchets (90%), consomment local (83%), réduisent leur consommation d'eau (73%) et échangent avec les habitants (56%).  

Au sortir de la crise sanitaire, l'envie d'un tourisme durable retombera-t-il comme un soufflé ? Pas nécessairement, le concept étant soutenu par 88% des Français, à condition que tours-opérateurs, compagnies aériennes, hébergements mettent la main à la poche pour supporter les coûts supplémentaires (79%).

Sur le même sujet

30 sept. 2021 à 10:00
1 min
23 sept. 2021 à 10:00
1 min

Articles recommandés pour vous