RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

"On ne peut imaginer que la MONUSCO reste au Congo de façon pérenne"

La MONUSCO est aujourd'hui composée de 20 000 hommes.

La République Démocratique du Congo et le Kivu, en particulier, sont des territoires très difficiles en raison de la présence de dizaines de groupes armés. La neutralisation de ces groupes armés n’est pas facile mais depuis un an, et depuis la création de la brigade d’intervention rapide, quelques avancées positives ont été réalisées. Le groupe M23, par exemple, a été neutralisé.

Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Plus récemment, dans le Nord Kivu, des centaines de civils ont été attaqués. Par conséquent, l’image de la MONUSCO auprès de la population congolaise n’est pas toujours très positive.

Mais peut-on obtenir de meilleurs résultats avec moins d’effectifs ? Ça semble paradoxal…

Je ne pense pas que ce soit un problème d’effectifs mais plutôt de comment ces effectifs travaillent et comment ils coopèrent avec l’armée congolaise, les FARDC. Il y a effectivement un travail bien à effectuer plus à long terme de réforme de l’armée et des forces de sécurité. Il faut le faire de façon à ce que l’armée congolaise devienne l’acteur qui s’occupe de défendre la population.

Je pense qu’il est important de faire cette distinction parce qu’on ne peut pas imaginer que la MONUSCO reste au Congo de façon pérenne.

Précisément, cette réduction de 10% des effectifs, ça peut avoir l’air d’un désengagement progressif de la MONUSCO qui est déjà là depuis 15 ans et qui souhaite, peut-être, ne pas s’éterniser…

Il faut se rappeler que le président de la République Démocratique du Congo, Joseph Kabila a demandé le départ de la MONUSCO à plusieurs reprises. Je pense que le moment n’est pas encore venu. Je ne vois pas cette réduction des effectifs comme un désengagement. C’est peut-être davantage le signe d’une réflexion sur comment mieux utiliser ses ressources et rendre la MONUSCO plus efficace. C’est quelque chose que nous souhaitons tous.

Julien Jeffredo