Icône représentant un article audio.

Podcasts Sport

On connaît nos Classiques - Rodrigo Beenkens : "je suis sûr que Remco Evenepoel a encore une marge de progression, ne fût-ce que physiquement"

On connait nos Classiques

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Remco Evenepoel a donc triomphé à Wollongong après un coup de maître de la Belgique et il est devenu Champion du Monde à 22 ans. De retour au pays, il a été accueilli en héros ! Et maintenant ? Et l’année prochaine ? Est il possible de faire (encore) mieux ?

Débriefing complet dans ce dernier épisode de notre podcast "On connait nos Classiques" consacré à ces Mondiaux ! Avec les avis de Rodrigo Beenkens, de Cyril Saugrain et de Samuel Grulois. Comme à chaque fois, analyse complète à écouter et à découvrir dans le podcast.

"Il faudrait qu’il soit épargné par la malchance", espere d’abord Rodrigo Beenkens. "Ça, c’est très important, il a eu sa dose. Donc, il ne faut pas oublier que c’est un coureur encore très jeune, je le rappelle, qui a commencé la compétition à 17 ans et demi. Ce n’est pas tout à fait la même chose que lorsqu’on commence beaucoup, beaucoup plus jeune. Donc il est jeune mais frais, aussi, mentalement. La logique voudrait qu’il soit encore là pendant huit ou dix ans. C’est tout à fait tout à fait envisageable. Est ce qu’il va rester à ce niveau là ? Moi, je suis sûr qu’il a encore une marge de progression, ne fût ce que physiquement. Je pense qu’il a énormément progressé techniquement et surtout mentalement. Donc maintenant, il faudra faire les bons choix."

Donc maintenant, il faudra faire les bons choix. Et je suis curieux de voir. Parce que c’est vrai qu’il peut pratiquement tout gagner.

"Et je suis curieux de voir. Parce que c’est vrai qu’il peut pratiquement tout gagner. L’année prochaine, quelles courses d’un jour va t il mettre à son programme ? Quels seront ses objectifs ? Forcément, quel grand tour ? En sachant qu’il y a quand même une donnée importante, on a déjà eu ce débat, mais on sait que les championnats du monde auront lieu dans la foulée, pratiquement, du Tour de France. Et on a vu que l’enchaînement La Vuelta, Championnat du monde a quand même plutôt bien réussi. Et là, on n’aura pas de "jetlag" puisque Paris-Glasgow, cela n’est pas la même chose que Madrid-Sydney ou Wollongong. Donc, voilà, je suis curieux de voir ce qu’il va faire. Et Eddy Merckx, puisqu’on a fait cette comparaison, lui, avait attendu un an en plus. 24 ans pour disputer son premier Tour de France. Mais quand on l’entend, il se dit qu’il le regrette un peu, qu’il aurait peut être voulu le faire un an plus tôt. C’était à une autre époque."

Mais il ne faudra pas non plus être déçu si l’année prochaine, par exemple, il ne gagne pas un Monument

"Ça va être passionnant. Mais comme il l’a dit, quand on gagne, tout ce qu’il a gagné en l’espace de cinq mois, tout le monde signerait pour que ce soit au moins aussi bien. Mais il ne faudra pas non plus être déçu si l’année prochaine, par exemple, il ne gagne pas un Monument, et qu’il est deuxième, par exemple, du Grand Tour qu’il dispute."

Loading...

"Maintenant, pour sa présence sur le Tour de France,... quand on voit le niveau de Remco,..." explique Cyril Saugrain, "c’est à lui de le décider ! C’est à dire que, quand lui sentira le moment, l'envie de préparer le Tour de France et d’y être pour bien figurer, ce sera le moment. Et que ce soit l’année prochaine ou pas, je dirais, peu importe, c’est le moment ou lui le décidera. Si il a envie, l’année prochaine, de se lancer ce défi et d’y aller, il mettra tout en œuvre pour y être. Il gagnera ou pas. Ça, cela reste le sport. Je pense qu’il a tout gagné aujourd’hui de ses objectifs, de sa carrière. Il voulait gagner Liège-Bastogne-Liège, c’est fait. Il voulait gagner un Grand Tour, c’est fait. Il voulait être Champion du Monde sur route, c’est fait. Il reste le summum pour beaucoup, gagner le Tour de France. Mais il n’a que 22 ans, donc c’est lui qui doit sentir les moyens de le préparer et d’aller chercher cette victoire. Maintenant, il faut que ce soit un choix personnel et de l’équipe."

"Il y a une remarque de Remco, dans une des multiples interviews qu'on a pu lire ou entendre" qui a fait sourire Samuel Grulois. "Il a dit : 'j'avais expliqué, après mon succès sur La Vuelta que j'étais sur des nuages. Et bien, je suis encore monté d'un étage.' Donc, au dessus des nuages, il y a la stratosphère, puis il y a la galaxie avec d'autres planètes. Et effectivement, dimanche, il était sur une autre planète et je crois que ce maillot va l'emmener sur d'autres planètes à l'avenir."

Moi, ce qui me réjouit en tout cas, c'est de voir un coureur qui fera de toute façon l'an prochain un Grand Tour. Au moins un. Mais il y sera avec le maillot de Champion du Monde

"Le Tour de France, c'est la grande question ! Et on aura l'occasion d'en faire le débat et ça reviendra sur la table, c'est une certitude, pendant l'hiver, pendant les stages, lorsqu'on ira interviewer les coureurs et qu'on leur posera des questions sur leurs objectifs. Moi, ce qui me réjouit en tout cas, c'est de voir un coureur qui fera de toute façon l'an prochain un Grand Tour. Au moins un. Mais il y sera avec le maillot de Champion du Monde. Et voir un champion du monde lutter pour une place sur un podium, dans un Grand Tour, et bien, cela n'arrive pas si souvent que çela. Oui, on a eu Valverde, mais il était déjà en bout de course en 2018. Alaphilippe a bien porté le maillot arc en ciel sur le Tour de France, mais sans jamais réellement affirmer son ambition de monter sur le podium. Et donc pour retrouver trace de coureurs alignés sur un Grand Tour avec le maillot de champion du monde et avec des ambitions, sauf erreur de ma part, il faut remonter à Cadel Evans. Il avait décroché le titre en 2009 et qui, d'ailleurs dimanche, était sur le podium protocolaire au côté de Remco. Et ça, ca me réjouit. Autant, je suis très heureux de voir le maillot arc en ciel sur les classiques. Et on l'a souvent vu sur les classiques flamandes, ce maillot, autant je serai heureux de le voir sur les Grands Tours l'an prochain."

Abonnez-vous à notre podcast "On connaît nos Classiques"!

Pour ne rater aucun épisode, abonnez-vous au podcast. Ecoutez, REECOUTEZ. Partout, TOUT LE TEMPS

  • sur la plate-forme Auvio, cliquez sur le lien ci-dessous.
  • Sur Apple Podcasts (si vous possédez un appareil Apple ou un PC) ou sur Pocket Casts (si vous possédez un appareil Android ou Apple) cliquez sur les boutons ci-dessous. Vous pourrez vous abonner et recevoir (si vous le désirez) une notification à l’arrivée de chaque nouveau contenu.
  • Sur les autres applications de podcast, cliquez sur le bouton Abonnez-vous via Flux RSS, copiez le lien qui apparaît et collez-le dans votre application podcast.
Loading...

Sur le même sujet

Vélo de cristal : Evenepoel et van Aert, deux champions à la saison fantastique pour une récompense

Cyclisme

Articles recommandés pour vous