Quel Temps pour la planète ?

On a testé pour vous le métier de maraîcher bio

© Potager Grézien

23 nov. 2022 à 11:20Temps de lecture3 min
Par Pascal Laroche

Le métier de maraicher bio

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

On ne va pas vous raconter des salades, le métier est rude. Mais, si vous appréciez le contact avec la nature et, si, semer, arroser, organiser et vendre est franchement vos oignons, alors allons-y : on enfile les bottes, on enfourche la grelinette, et on visite les parcelles du Potager Grézien. Et comme nous n’aimons pas vous cueillir à froid, on vous donne aussi les outils pour démarrer cette vie au grand air : la vie de maraîcher bio !

© Potager Grézien

Voici la plus vitaminée de toutes nos rencontres! Aurore et François s’appliquent chaque jour à redonner aux consommateurs le goût des vrais légumes : préparer les parcelles, nourrir les sols, repiquer les plants, conditionner les produits, vendre les récoltes aux grossistes et aux particuliers, il faut sans cesse appuyer sur le champignon. " En grosse saison, nous travaillons 16 heures par jour - explique Aurore. Il y a aussi la comptabilité, les papiers, donc c’est vrai qu’il faut être passionné ".

Aurore
François

La bio maraîchère, le bio maraîcher, prête une oreille au marché, afin d’identifier les besoins de ses clients. Du choix des semences jusqu’à la cueillette et la vente des produits, il ou elle assure l’ensemble de ses tâches avec une grande force de caractère, doublée d’une santé de fer pour mettre du beurre dans les épinards. " C’est un métier très astreignant – explique Aurore. Les contraintes ne sont pas nombreuses mais elles sont parfois très lourdes à gérer. Il faut aussi pouvoir rapidement s’adapter aux changements du climat, et y faire face ".

© Potager Grézien

Pendant la crise sanitaire, les producteurs locaux ont eu le vent en poupe : les petites épiceries de quartier ou de villages faisaient un carton. Avec la crise énergétique, l’avenir s’annonce un peu moins radieux. Mais cela ne suffira pas à décourager Aurore et François : "Nous déployons toute notre énergie pour améliorer notre lieu de vente et participer ainsi la biodiversité et l’inter-échange. Nous sommes très soucieux d’une alimentation saine et cultivée dans le respect de ce que nous offre la nature au fil de saisons".

Le sens du commerce, les bonnes idées et les qualités relationnelles participent au succès de l’enseigne (le Potager Grézien), et sont indispensables à l’exercice du métier.

En culottes courtes, François a grandi au milieu des choux. Car, dans la famille Lefèvre, on est agriculteur de père en fils. L’exploitation familiale ayant mis un jour la clé sous le paillasson, François s’est lancé dans le maraîchage bio : " D’une grande culture, je suis passé à une petite, avec davantage d’épanouissement ".

© Potager Grézien

Le maraîcher est un vrai couteau suisse : il dispose de sérieuses connaissances dans les domaines horticoles et agricoles, et d’un brin de maîtrise de certaines méthodes de culture particulière, dans le cas d’une agriculture biologique ou raisonnée, comme c’est le cas pour notre potager. Aurore et François se forment d’ailleurs continuellement. De l’amour, beaucoup de réalisme et de passion, voilà les ingrédients pour démarrer : " On prend soin de notre potager comme on prend soin d’un enfant à qui l’on doit apporter le nécessaire vital pour son bon développement – précise François qui continue de développer son savoir-faire. On en apprend tous les jours. L’école horticole, les livres, et les erreurs à ne plus reproduire : c’est toute une vie ! ".

© Potager Grézien

Les +

Un travail manuel qui donne des résultats visibles

Un marché challengeant et en pleine mutation (bio)

Un vrai contact avec la nature

© Potager Grézien

Les –

Un métier très physique qui demande de l’endurance

Les maladies, les parasites et le climat, qui rendent parfois son exercice difficile

© Potager Grézien

Vous rêvez de travailler au grand air, au milieu des fruits et des légumes, par tout temps? Vous bénéficiez d’une bonne condition physique? Vous êtes patient (puisqu’entre le début de la culture et la récolte, vous avez parfois le temps de faire le poireau) ? Vous avez la main verte et vous avez envie de vous former ? Des conseillers et conseillères, experts et expertes en orientation, formation, études et créations d’activités vous accueillent avec ou sans rendez-vous, tous les jours de l’année, dans les Cité des métiers de Bruxelles, Charleroi, Namur et Liège, et leurs Carrefour des Métiers.

© Tous droits réservés

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous