Quel Temps pour la planète ?

On a testé le métier de technicien d’exploitation d’une station d’épuration

Technicien d'exploitation d'une station d'épuration

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

19 oct. 2022 à 10:33 - mise à jour 28 oct. 2022 à 12:26Temps de lecture2 min
Par Pascal Laroche

L’envie de travailler au sein d’une station d’épuration ne coule pas toujours de source. Le métier n’est pas commun, c’est vrai. Pourtant, en assurant le processus d’épuration des eaux usées, le technicien d’exploitation endosse sa part de responsabilités dans la préservation du milieu naturel. On a testé le métier pour vous ! En collaboration avec la plate-forme Miti.beRencontre sur site, avec Julien.

© inBW

Autant à l’aise dans sa combinaison moto que dans son uniforme de l’InBW, Julien parcourt, deux fois par jour, les 74 kilomètres qui séparent sa maison du vestiaire de la station d’épuration de Lasnes, située à Rosières, dans le Brabant Wallon.

© Bénédicte Duval

Et cela 10 ans que cela dure ! "Je suis arrivé ici presque directement après ma formation – explique-t-il. J’aime le côté diversifié de ce métier : les journées ne se ressemblent pas ; on fait de la maintenance préventive, on surveille les débits de re-circulation, on effectue des contrôles, des prélèvements, des réglages. Et puis il y a toujours des petits aléas, c’est très excitant".

© Bénédicte Duval

Presque tous les sous-produits sortant de l’usine sont recyclés. L’amidon décanté nourrira les animaux. Les boues d’épuration feront le bonheur des agriculteurs en quête de matières organiques.

© InBW

Le technicien d’exploitation joue un rôle de premier plan en matière de protection de l’environnement. Il se joint parfois à l’Equipe de Première Intervention (EPI) en cas d’incendie à proximité de lieux sensibles. "Notre métier est essentiel au service à la population explique Julien. Cela donne un vrai sens à mes journées".

© InBW

La journée type

  • Maîtrise des processus d’épuration, de traitement des boues, et de l’organisation du suivi des sous-produits sortants de la station.
  • Vérification de la qualité des eaux en réalisant des prélèvements, en partenariat avec les laborantins
  • Gestion des stocks et des produits chimiques d’épuration
  • Nettoyages et entretiens des vannes, des filtres, et des autres installations.
  • Etc.
© Bénédicte Duval

Les horaires, le salaire, les contraintes

Vous évoluerez dans un environnement confiné et bruyant. Vous devrez parfois porter des équipements de protection individuelle, quelle que soit la saison. Les eaux usées, et les produits utilisés, parfois toxiques, diffusent des odeurs désagréables. Vous serez amenés à exercer votre métier parfois de nuit, le week-end et les jours fériés. Un technicien d’exploitation gagne +- 2400 euros brut à l’embauche

Le conseil de Julien

"Savoir travailler en équipe est essentiel – explique Julien. Il faut aimer apprendre et s’adapter aux évolutions". Si vous disposez de compétences en électricité, en mécanique, en chimie et en biologie, c’est un vrai plus".

La vallée de Lasne
La vallée de Lasne © InBW

Vous voulez jouer un rôle dans la préservation de l’environnement, vous êtes à la fois autonome et aimez travailler en équipe, vous êtes polyvalent et observateur, habile manuellement, un seul contact, une seule adresse, Miti : la plateforme de conseil en ligne, unique en Belgique et entièrement gratuite, qui, grâce à des conseillers et conseillères, experts et expertes en orientation, formation, études et création d’activités, vous dira tout ce qu’il faut savoir sur le métier de technicien d’exploitation d’une station d’épuration, et quelle filière étudier pour y arriver.

© Tous droits réservés

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous