RTBFPasser au contenu

Coronavirus

Omicron : pour Yves Van Laethem, le critère des contaminations ne devrait plus peser lourd dans un baromètre

Point presse Sciensano 21/01/2022 : l'utilité d'un baromètre?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Un baromètre "Covid" verra-t-il le jour ? C’est la question à 10.000 masques FFP2 de cette nouvelle journée de Comité de concertation. Un "code couleur" qui déterminerait les règles de base pour tout une série de secteurs, en fonction de la situation épidémiologique ? Oui, mais basé sur quel critère ? Et c’est là que les décideurs s’empoignèrent…

Avec Omicron et sa faculté de sauter de nez en nez, en envoyant moins les Belges à l’hôpital, avec des unités de soins intensifs dont le nombre de patients continue à diminuer, un baromètre ne devrait-il pas adapter ses critères ? Autrement dit, cela a-t-il encore du sens de compter les cas ? Ne faudrait-il pas se baser sur le critère du nerf de la guerre : les hospitalisations, et en particulier, les admissions en soins intensifs ?

Steven Van Gucht, président du Comité scientifique de Sciensano, opine de la tête dans la conférence de presse hebdomadaire virtuelle et Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral à la lutte contre le Covid-19, développe, pourquoi il est d’accord avec cette idée. Le baromètre, il en parle à l’imparfait, en disant spontanément qu’il "avait cette faculté de pondération, en fonction des caractéristiques de virulence du variant, qui régnait au moment où on regarde le baromètre." Mais la situation a changé : "Je pense qu’ici, effectivement, le nombre de contaminations ne doit pas intervenir de manière significative ou de manière pondérée dans le baromètre, alors que le taux d’hospitalisation ou aux soins intensifs est celui qui devrait être le plus important, si ce baromètre voit le jour."

"Si ce baromètre voit le jour…" La question à 10.000 masques FFP2, qu’on vous disait.

Sur le même sujet

28 janv. 2022 à 14:11
5 min
26 janv. 2022 à 07:14
3 min

Articles recommandés pour vous