RTBFPasser au contenu

Le 8/9

Olivier Norek signe un thriller haletant sur un service classé secret-défense de la police française

Olivier Norek, pour son livre "Dans les brumes de Capelans"

Le 8/9

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

29 avr. 2022 à 09:354 min
Par François Saint-Amand

Olivier Norek était l'invité du 8/9 pour présenter son nouveau livre Dans les brumes de Capelans. L'auteur et policier français propose un thriller documentaire palpitant, dans une ambiance pesante, sur le programme confidentiel de la protection des témoins et des repentis.

Dans les brumes de Capelans marque le grand retour du capitaine Coste, le personnage fétiche d’Olivier Norek !

Cela fait déjà 6 ans que Coste a abandonné son poste à la police judiciaire après la mort de l’une de ses coéquipières. Depuis, le capitaine vit sur une petite île de l’Atlantique, proche du Groenland.

6 ans durant lesquelles il écrit sa légende en tant que dirigeant d’une résidence surveillée du programme de protection des témoins. Cette fois-ci, Coste doit protéger la seule survivante d’un tueur en série de jeunes filles placée sous protection policière dans une maison ultra-sécurisée. Mais le kidnappeur rôde toujours...

Après Code 93, Surtensions, Impact, Entre deux mondes, Olivier Norek signe une fois de plus un roman haletant sans aucun temps mort !

Le capitaine Coste change de service

Les lecteurs d'Olivier Norek seront sûrement ravis de retrouver le capitaine Coste à travers les pages de Dans les brumes de Capelans. Mais en s'expatriant sur une île lointaine, le policier a totalement changé d'environnement de travail par rapport aux précédents romans. "Il était sur le 93, la Seine-Saint-Denis, le département le plus criminel de France, là où j'ai travaillé aussi" rappelle celui qui était aussi capitaine de la Section d'enquête et de recherche de la Police Judiciaire et spécialisé dans les enlèvements et demandes de rançons.

Ce nouveau roman se penche d'ailleurs sur la spécialité de l'auteur de 46 ans. "Pour reprendre un personnage que j'avais déjà utilisé trois fois je voulais qu'absolument tout change. Il ne travaille plus dans le 93 mais sur une petite île nichée entre le Groenland danois et le Terre-Neuve canadien, dans un service de police sur lequel personne n'a encore écrit parce qu'il est tout jeune : c'est le Service de protection des témoins et des repentis". Ce service existe depuis environ 80 ans en Italie et depuis une cinquantaine d'années aux États-Unis mais n'a été instauré qu'en 2014 en France.

Loading...

Un roman documentaire sur le fonctionnement de services classés secret-défense

Avec Dans les brumes de Capelans, Olivier Norek propose un nouveau roman documentaire sur les dessous du travail de la police. Il révèle en grande partie les méthodes du secret du Service de protection des témoins et des repentis... tout en prenant soin de ne pas dévoiler des informations classées top secrètes.

"95% de ce qui est dit dans le livre est vrai : mais ce service est effectivement classé secret-défense. Il y a donc 10, 20 ou 30 résidences surveillées dans le monde, je ne peux pas vous dire (précisément)" assure-t-il. "Le fait d'être policier m'a permis d'avoir la clé pour ouvrir la porte de ce service classé secret-défense. Ils m'ont raconté exactement comment ils faisaient les choses : comment on s'occupe d'un repenti, d'un témoin, comment est bâtie une résidence surveillée, la manière dont elle est protégée par des vitres pare-balles, des alarmes et caméras, comment on réidentifie une personne et on la relocalise sur le globe pour la protéger. Une fois que j'ai toute la vérité, j'essaie de faire une histoire la plus vraisemblable possible pour ne pas dévoiler trop de choses et surtout ne pas griller le travail de ces policiers. Cela donne un bouquin au plus proche de la vérité, mais quand même pas totalement vrai".

Ce travail d'investigation réalisé au sein des départements de la police retranscrit dans ses romans est la marque de fabrique d'Olivier Norek. "C'est à moi de travailler sur quelque chose de plus vraisemblable possible pour qu'ils ne soient pas en danger et pour que les lectrices et lecteurs soient ravis de rencontrer des choses qu'ils ne connaissent pas" glisse-t-il. Le capitaine de la PJ de Seine-Saint-Denis peut aussi jouir d'une liberté d'écriture de la part de ses supérieurs : "J'ai parlé des chiffres du trafic de la criminalité, j'ai parlé des collusions entre les délinquants et les politiques, de l'état catastrophique des prisons et de la justice et pour le coup, on ne m'a jamais empêché de dire quoi que ce soit".

La souffrance entre deux êtres blessés

La partie fictionnelle concerne bien entendu les personnages et leur histoire, dont les noms sont inspirés de sa famille et de ses amis.

Le capitaine Coste a l'habitude de s'occuper des malfrats mais cette fois il doit surveiller Anna, une jeune femme retrouvée dans un cachot après 10 ans de séquestration. "C'est un peu l'histoire de Natascha Kampusch dont je me suis inspiré. Elle est la seule survivante, à avoir des informations sur ce monstre. C'est l'histoire d'un flic avec une énorme armure qu'il ne veut pas laisser tomber, qui fait face à une jeune victime qui a une énorme carapace qu'elle ne veut pas laisser tomber. Pour s'adopter, ils devront enlever ces armures et donc le cœur est à découvert. Reste à savoir lequel souffrira le plus" résume-t-il.

Une trouvaille surprenante du capitaine Norek

Olivier Norek évoque aussi les darkphones, un mode de communication entre malfrats. Les autorités policières ont dû trouver les pirates à la base du système pour décrypter des communications parfois surprenantes. Le capitaine se souvient avoir retrouvé un tel téléphone sur un tueur à gages... qui abattait ses cibles pendant qu'il faisait son footing. "Il s'installait 2 mois avant, regardait le cheminement der ses victimes, faisait un footing et restait 2 mois après en continuant son footing pour que même s'il était attrapé, il pouvait dire qu'il n'avait rien à voir avec cela" raconte-t-il.

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Sur le même sujet

03 mai 2022 à 10:15
2 min
29 avr. 2022 à 10:29
5 min

Articles recommandés pour vous