RTBFPasser au contenu

Belgique

Olivier Deleuze (Ecolo): "Sortir du nucléaire attirera les investisseurs"

Olivier Deleuze (Ecolo): "Sortir du nucléaire attirera les investisseurs"
29 oct. 2011 à 09:032 min
Par RTBF
Y a t-il vraiment un accord sur la sortie du nucléaire en Belgique ? Même si un accord a été annoncé vendredi en début de soirée, c'est la question qui se pose ce samedi matin. Car les négociateurs n'auraient apparemment pas tout tranché. Ce qui semble acquis, c'est le principe même de la sortie du nucléaire. Les Verts, qui ne participent pas aux négociations, n'ont même pas dû insister.

Une sortie du nucléaire: oui mais quand? Les choses sont encore un peu floues. C'est la loi de sortie du nucléaire datant de 2003 qui a servi de fil rouge aux discussions. Elle prévoit la fermeture des trois plus vieilles centrales en 2015 et celle de l'ensemble des centrales dans les dix ans qui suivent.

L'énergie au cœur des négociations

Pour certains, on peut appliquer la loi telle quelle, les échéances prévues serviraient alors d'incitants pour mettre en œuvre rapidement un plan d'équipement pour remplacer la capacité de production perdue. Ce plan d'équipement est voulu par tous. Son idée-même est une nouveauté qui rend plus concrète la sortie du nucléaire.

Mais d'autres veulent s'assurer que ce plan sera bien mis en œuvre et préfèrent plus de souplesse dans la date de sortie.

Tous seront peut-être pris de vitesse par les "stress-tests" dont les résultats sont attendus en fin d'année. Les négociateurs reparleront énergie ce dimanche.

Pendant que les négociateurs débattent de la sortie du nucléaire, la CREG, le gendarme de l'électricité, met en garde contre un manque de capacité de production en Belgique.

"Une décision qu'il faut prendre"

Le député fédéral Ecolo Olivier Deleuze peut être considéré comme le père de la loi de sortie du nucléaire dès 2015. 

Pour lui, sortir du nucléaire dès 2015, "c'est une décision qu'il faut prendre. Je viens de lire l'étude de la CREG. Ce qu'elle dit, et je suis tout à fait d'accord avec elle, c'est que tant qu'un signal clair n'est pas donné, les investisseurs hésitent à venir en Belgique. Dans l'étude de la CREG, il était ainsi indiqué que deux grosses centrales, une à Tessenderlo, une à Marcinelle, pour lesquelles toutes les autorisations ont été données, ne sont toujours pas construites parce que les investisseurs hésitent, ne savent pas si on va sortir ou non", a indiqué le député sur les ondes de la RTBF ce samedi.

Si le gouvernement confirme cette sortie du nucléaire d'ici 2015, "alors, c'est une bonne nouvelle", réagit Olivier Deleuze, qui parle de décision "rationnelle". "L'Allemagne a pris la même décision car elle a considéré qu'en faisant cela, on créera beaucoup d'emplois dans les alternatives, dans les nouvelles centrales, dans les isolations, ... Si l'Allemagne le fait, je crois que la Belgique doit le faire."

PIAB avec Anina Meeus et Pascal Claude

Articles recommandés pour vous