Matin Première

Olaf Scholz plaide pour une UE "géopolitique" : un rapprochement de la vision de Macron ?

L'oeil sur l'Europe

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dans un discours prononcé à Prague, la capitale tchèque, le chancelier allemand a lancé un plaidoyer pour une Europe géopolitique. Rien de révolutionnaire, ce n’est le genre d’Olaf Scholz, mais un changement de ton marqué. L’expression aussi d’une urgence face à la guerre en Ukraine.

Pour Olaf Scholz, nous vivons une Zeitenwende, traduisez par 'une nouvelle ère'. Une expression venue d’une autre époque, celle de 1989 lors de la chute du Mur de Berlin. Un événement rendu possible par le vent de liberté qui soufflait alors derrière le rideau de fer.

Aujourd’hui, toujours venue de l’est, c’est la guerre de Vladimir Poutine en Ukraine qui provoque un nouveau 'changement d’époque' poussant Olaf Scholz à mettre à jour son logiciel européen. En visite à l'Université Charles de Prague, alors que la République Tchèque assure la présidence du Conseil de l'UE, le chancelier allemand a souligné son envie de renforcer la souveraineté de l’Union européenne pour consolider sa sécurité, son indépendance et sa stabilité.

"Quand, si ce n’est maintenant, allons-nous construire une Europe souveraine ? Qui, si ce n’est nous, peut protéger les valeurs de l’Europe ?" a-t-il conclu son discours.

La souveraineté européenne, c'est déjà le rêve d'Emmanuel Macron. D’ailleurs, de nombreux observateurs voient dans le discours de Prague d’Olaf Scholz une réponse au discours sur l’avenir de l’Europe que le président français a prononcé à la Sorbonne en 2017.

Un rapprochement franco-allemand sur la politique européenne ?

Que retenir de ce discours ? Que peut-on lire entre les lignes ?

Olaf Scholz souhaite de l’autonomie dans tous les domaines, comme chez Emmanuel Macron. Cela passe d’abord par une plus grande coopération politique et industrielle dans la défense. Par exemple, Olas Scholz invite les autres pays européens à participer à un système commun de défense aérienne.

On pourrait aussi parler de l’énergie et des technologies de pointe – comme les semi-conducteurs – qui sont d’autres domaines dans lesquels les Européens doivent réduire leur dépendance.

Scholz et Macron seraient-ils sur la même longueur d'onde ?

Il y a de grosses nuances, comme sur l’élargissement de l’UE. Dans son discours, le chancelier allemand a réaffirmé son soutien à l’adhésion des pays des Balkans, de l’Ukraine, de la Moldavie et, à terme, de la Géorgie. Il parle d’une Union européenne de 30 ou 36 membres à la fin du siècle. Cette perspective n’enchante pas Emmanuel Macron. Alors pour faire passer la pilule à Paris, Olaf Scholz a repris à son compte l’idée française d’une Communauté politique européenne, une sorte de forum où, deux fois l’an, les dirigeants des 27 et leurs partenaires européens, discuteraient de questions clés, comme l’énergie, la sécurité ou le climat.

Et puis il y a un autre dossier sur lequel le couple franco-allemand n’est pas sur la même longueur d’onde. C’est la création d’un budget ambitieux pour la zone euro. Emmanuel Macron avait sorti l’idée de son chapeau lors de son discours de la Sorbonne. Olaf Scholz l’a glissé au fond d’un tiroir.

Cela dit, ici encore, le chancelier cherche à ne pas brusquer son partenaire. Si à Berlin, la rigueur budgétaire reste une priorité, Olaf Scholz juge que les futures règles budgétaires européennes devront quand même permettre aux Etats-membres d’investir dans leur transition numérique et climatique.

© Tous droits réservés

Des réactions plus discrètes dans le reste de l'Europe

Ce discours a-t-il séduit les différents partenaires européens ? Emmanuel Macron a salué le 'discours de Prague' parce qu’il partage l’objectif d’une Europe plus forte et plus puissante. Mais ailleurs en Europe, les réactions ont été plutôt discrètes.

Peut-être parce que depuis la guerre en Ukraine, l’Allemagne est fortement critiquée, accusée de faire cavalier seul.

Avec son discours, Olaf Scholz veut faire de son pays une efforce d’initiative. Mais séduire la France ne suffira pas. Si le tango se danse à deux. En Europe, la valse se danse à 27.

Recevez chaque vendredi l'essentiel de Matin Première

recevez chaque semaine une sélection des actualités de la semaine de Matin Première. Interviews, chroniques, reportages, récits pour savoir ce qui se passe en Belgique, près de chez vous et dans le monde.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous