RTBFPasser au contenu

Tipik

Ocean's 13 : notre top 5 des plus gros braquages de l'Histoire

Ocean's 13 : notre top 5 des plus gros braquages de l'Histoire
10 mai 2021 à 11:151 min
Par Emma Mestriner

Le marathon des films Ocean’s se termine sur Tipik. A cette occasion voici notre top 5 des plus gros braquages de l’Histoire.

Depuis toujours les histoires de braquages nous fascinent. C'est sûrement dû aux films de casse hollywoodiens qui vendent vraiment du rêve. D'ailleurs, l'un d'entre eux (Ocean's 13) est à retrouver ce samedi 15 mai à 20h05 sur Tipik (of course !). La team de Clooney is back dans ton salon pour s'immiscer au coeur d'un braquage digne des plus grands pros. Ils sont prêts à tout et spoiler alerte : ils arrivent à leur fin. On ne te dévoile pas comment, tout ce qu'on peut te dire c'est qu'ils oseront l'impossible (comme à leur habitude). Un vrai régal pour les amateurs/trices de bons films de casse. 

Loading...

En attendant voici notre top 5 des plus gros braquages de l'Histoire. Du mieux ficelé au plus malchanceux (#mauvaiskarma), ils ont chacun à leur façon marqué le contre-banditisme. 

1. Le plus gros butin : 1 milliard de dollars

Le plus gros casse de tous les temps n'est pas du tout un coup à la Ocean's 13. C'est un plan vieux comme le monde : l'appel à la famille. Un peu comme chez Jean-Pierre Foucault, le présentateur de "Qui veut gagner des millions ?" (l'émission culte de notre enfance). Sauf que le contexte est dans ce cas-ci plus...tendu.

Ce braquage est avant tout géopolitique. Et le rôle du braqueur en chef est tenu par Saddam Hussein. A la veille des premiers bombardements US par la coalition (la guerre en Irak de 2003), le dictateur se dit qu'il aurait bien besoin de cash pour couvrir ses arrières. Alors Saddam envoie son fils (Qusya) retirer tout ce qu'il peut à la Banque Centrale d'Irak. Le petit repart avec des caisses pleines de bons de 100$. Résultat des courses : en 5h il chope... 1 milliard de dollars US (au calme)! Imaginez les têtes dépitées des forces américaines entrant dans Bagdad le lendemain. Ils trouvent une banque centrale en (grosse) partie vide. Finalement, on retrouvera 650 millions du butin dans les murs du palais d'Hussein. Pour les 350 millions restants, on n'a jamais remis la main dessus.

2. Le plus futé : on ne comprend toujours pas

Vous l'ignorez peut-être mais l'un des braquages le plus ingénieux du monde s'est passé en Belgique à Anvers. Connue comme la capitale du diamant, la ville continue d'appâter les bandits à la recherche de pierres précieuses.

Le casse se déroule au Centre Anversois du Diamant. En février 2003, des braqueurs italiens parviennent à s’emparer de diamants, d’or et de bijoux dans 123 coffres (sur un total de 160). La valeur du vol ? Au moins 73 millions d’euros (rien que ça !).

Le casse est l'un des plus futé et travaillé de l'Histoire. Son élaboration a mis près de 3 ans. En réalité personne (ni la police ni les experts) n'a vraiment compris comment les malfaiteurs ont réussi leur coup. Il faut dire que la salle des coffres était super protégée et normalement impénétrable. Il y avait des caméras, des détecteurs de chaleur, un champ magnétique et un sismomètre. À cela il faut ajouter les coffres et ses multiples combinaisons. "Ils savaient que c'était impossible alors ils l'ont fait". Le cerveau de l’opération, Leonardo Notarbartolo est arrêté quelques jours plus tard à Anvers. Le juge l'envoie 10 ans en prison. Ses trois complices écopent de 5 ans. Détail amusant : Notarbartolo affirme qu'il n'y avait que 20 millions dans le coffre et que son gang se serait retrouvé au coeur d'une vaste fraude à l'assurance.

Leur butin reste aujourd'hui toujours introuvable.

Loading...

3. Le plus efficace (et paresseux en même temps)

Les meilleurs braqueurs sont-ils aussi les plus paresseux ? C'est le cas de ce bandit qui a choisi de voler des bons du Trésor public londonien en 1990. Ce qui est chouette avec ces bons c'est que c'est léger mais que ça pèse très lourd, vous voyez ? Un simple bout de papier peut valoir 1 million de livres ! Bien, bien. Le butin est facilement transportable, sans prise de tête. Flemmard mais malin, le coquin.

Le malfaiteur ne se pose pas non plus 1000 questions sur sa tactique. Pour réussir son coup : un canif et un bon tuyau ont fait l'affaire (à l'ancienne). À cela s'ajoute aussi l'accès à de bonnes informations. Savoir par exemple qu’un courtier (John Goddard) doit livrer à la Banque d’Angleterre près de 350 millions d’euros de bons du Trésor et l’attendre dans une ruelle de Londres. Bref, être au bon endroit au bon moment (ou au mauvais, selon le point de vue du protagoniste). Au final, tous les bons sont retrouvés, sauf deux d'entre eux. Contrairement au coupable de ce braquage à l'arme blanche qui n'a jamais été retrouvé.

Une attaque au couteau : étonnamment simpliste quand on sait qu'il s'agit là du 2ème plus gros vol de l'Histoire.

Source photo : Forbesindia

4. Le plus malchanceux (#mauvaiskarma)

En juin 2016, deux jeunes décident de braquer le MacDonald's d'Ecole-Valentin (une petite ville française en Bourgogne). Ils avaient tout prévu. Leur technique était en béton : tirer dans le plafond et puis s'emparer de la caisse. Un mode opératoire classique. Impossible de se faire choper, mais c'était sans compter la présence d'une équipe du GIGN dans le fast-food. Il s'agit d'une unité d'élite de la Gendarmerie française spécialisée dans les missions dangereuses. Bref, des personnes qu'il ne vaut mieux ne pas trop contrarier. De retour de mission après une longue journée, l'équipe prend une petite pause autour d'un bon gros burger. Les policiers en civil, mais armés assistent au braquage. Sans attendre, ils poursuivent les casseurs sur le parking et les arrêtent (#mauvaiskarma #onpouvaitpassavoir).

Loading...

5. Le plus artistique

Il est considéré comme le plus grand casse de l'Histoire de l'art. Treize chef d'oeuvres -dont des tableaux de Rembrandt, un Vermeer et un Manet- sont dérobés. En ce qui concerne le mode opératoire, on part sur un braquage de qualité digne des plus grands films hollywoodiens.

Imaginez plutôt : 2 mecs habillés en policiers parviennent à convaincre 2 jeunes gardiens du Musée Gardner (Boston) de les laisser rentrer. Ni une, ni deux, ils les menottent et les emmènent au sous-sol. Le tout sans utiliser d'armes. Une fois les gardiens écartés, les deux gars s'attèlent à détacher un par un les tableaux (dans le plus grand calme). En 81 minutes, les bandits récoltent un butin estimé entre 200 et 300 millions de dollars (et c'était il y a 20 ans -1990- imaginez la valeur du pactole aujourd'hui) ! Comme on peut s'en douter, il ne s'agit pas d'amateurs. Le casse avait été minutieusement préparé. Les lieux avaient été étudiés et les failles du système de sécurité apprisses par coeur. Leur sortie est à l'image de leur plan : badass. Avant de prendre la fuite, ils arrachent les bandes vidéo du musée. Du coup, impossible pour la police de retrouver leur identité. Ok, c'est fort. Très fort.

Loading...

Le dernier rebondissement de cette affaire date de 1994. Le musée reçoit une lettre anonyme. Le message est clair : s'il veut récupérer ses tableaux, le musée doit payer 2,6 millions de dollars et accorder une immunité aux voleurs. Les gars poussent le culot à son maximum. Une semaine plus tard, une deuxième lettre arrive. Elle explique que le processus sera lent. C'est le dernier courrier reçu par le musée. Aujourd'hui, personne n'a encore réussi à remettre la main sur les 13 toiles volatilisées ni sur les braqueurs. Depuis, ce vol continue de fasciner les foules qui imaginent les théories les plus folles. A l'origine de ce braquage, au choix : la mafia italienne, des collectionneurs du Moyen-Orient, des bandits corses, le Vatican ou encore l'IRA (l'armée républicaine irlandaise). Avez-vous une nouvelle théorie à proposer ? 

Ocean's 13 est à retrouver samedi 15 mai à 20h05 sur Tipik.

Articles recommandés pour vous