Sciences et Techno

Objectif Lune : le lancement de la mission Artémis I annulé à cause d'une fuite dans un réservoir

29 août 2022 à 10:10 - mise à jour 29 août 2022 à 13:21Temps de lecture3 min
Par Africa Gordillo

Le décollage de la nouvelle méga-fusée de la Nasa pour la Lune a finalement été annulé et reporté à une date ultérieure, après une série de problèmes techniques et liés à la météo, rencontrés durant les préparatifs complexes de l'engin pour le lancement de cette première mission test. Le décollage d'Artémis 1 était initialement prévu à 08H33 (14H33 GMT) depuis l'aire de lancement 39B du centre spatial Kennedy, en Floride.

Mais il était "largement anticipé" que cet horaire ne soit pas respecté, a déclaré le commentateur du direct vidéo de la Nasa. La fenêtre de tir s'étendait sur deux heures et laissait donc une marge de manœuvre.

Les réservoirs de la fusée, la plus puissante du monde, avaient été peu à peu été remplis de plus de trois millions de litres d'hydrogène et d'oxygène liquides ultra-froids. Un remplissage qui avait commencé avec environ une heure de retard à cause d'un risque de foudre trop élevé au milieu de la nuit.

Puis une fuite a entraîné une pause lors du remplissage de l'étage principal avec l'hydrogène, avant qu'une solution ne soit trouvée et que le flot reprenne. Vers 07h00 du matin heure locale, un nouveau problème est apparu. Un des quatre moteurs RS-25, sous l'étage principal de la fusée, n'arrivait pas à atteindre la température basse souhaitée, condition nécessaire pour pouvoir l'allumer.   Le compte à rebours a été stoppé pendant que les équipes travaillaient pour établir un plan d'action.

Finalement, suite à cette succession de problèmes, les ingénieurs de la NASA ont décidé d'annuler le lancement prévu ce lundi. Un nouvel essai devrait être programmé pour ce vendredi.  

Cinquante ans après le dernier vol d’Apollo, la nouvelle fusée de la Nasa – la plus puissante du monde – devrait s'envoler pour une mission de six semaines en direction de la Lune. La mission Artémis 1 va signer le programme américain de retour sur la Lune. Après le satellite de la Terre, la mission Artémis permettra ensuite à l’humanité d’atteindre Mars, à bord du même vaisseau, Orion.

La "génération Artémis"

La capsule Orion sera propulsée sans équipage jusqu’en orbite autour de la Lune, afin de vérifier que le véhicule est sûr pour de futurs astronautes, dont la première femme et la première personne de couleur qui marcheront sur la surface lunaire.

"Cette mission emporte les rêves et les espoirs de beaucoup de gens", a déclaré ce week-end le patron de la Nasa Bill Nelson avant d’ajouter : "Nous sommes dorénavant la génération Artémis".

"Si les Américains se positionnent très clairement aujourd’hui, c’est parce qu’il y a une compétition avec les Chinois et les Russes", précise l’astrophysicien de l’Université de Liège, Emmanuel Jehin, interrogé ce lundi sur la Première. "Les Chinois ont montré une capacité assez incroyable de réaliser de nombreuses missions dans l’espace, sur Mars… une station spatiale en construction autour de la Terre, un rover envoyé sur la face cachée de la Lune. Et clairement, les Chinois ont indiqué qu’ils voulaient aller poser le pied sur la Lune dans la décennie 2030. Donc les Américains ont envie d'y aller avant." Et de pointer les réserves naturelles se trouvant sur la Lune comme l’hélium 3, important vers les réacteurs nucléaires du futur.

Des milliers de spectateurs attendus

Signe des temps, la première femme directrice de lancement à la Nasa, Charlie Blackwell-Thompson, donnera le "go" final. Les femmes représentent 30% des effectifs en salle de lancement – contre une seule à l’époque d’Apollo 11.

Deux minutes après le décollage, les propulseurs d’appoint retomberont dans l’Atlantique. Après huit minutes, l’étage principal se détachera à son tour. Puis, au bout d’environ 1h30, une dernière poussée de l’étage supérieur mettra la capsule sur le chemin de la Lune, qu’elle mettra plusieurs jours à atteindre.

Entre 100.000 et 200.000 personnes sont attendues pour assister au spectacle, dont la vice-présidente des États-Unis Kamala Harris.

Le Fait du Jour sur la Première, consacré à la mission Artémis I :

Le fait du jour

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

La méga-fusée de la Nasa pour la Lune de retour sur son pas de tir, départ prévu dans dix jours

Espace

Le décollage de la méga-fusée pour la Lune prévu mardi annulé à cause d'une tempête

Espace

Articles recommandés pour vous