Regions

Nuisances des avions : Gilkinet confirme son intention de diminuer la pollution sonore

Georges Gilkinet.

© Tous droits réservés

Le ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet (Ecolo), "confirme sa ferme intention de diminuer la pollution sonore liée au trafic d'avions au départ et à l'arrivée de l'aéroport de Bruxelles-National dans le respect des différentes condamnations à l'encontre de l'Etat belge et des règles internationales en la matière". C'est ce qu'il a affirmé mercredi en réaction aux conclusions du médiateur du transport aérien selon lesquelles il n'est pas nécessaire de lancer une nouvelle étude de sécurité sur les normes de vent pour l'utilisation des pistes à Brussels Airport.

Dans son rapport, le médiateur avait par ailleurs souligné que le ministre fédéral de la Mobilité avait reçu "toutes les études et analyses objectives et impartiales" du service de médiation. "Il dispose de toutes les données pour avancer avec de vraies solutions dans le dossier des survols autour de Bruxelles-National", avait-il ajouté.

Textes en cours d'élaboration 

Différents textes sont actuellement en cours d'élaboration: interdiction des avions les plus bruyants ; tarification aéroportuaire en fonction du bruit émis, de l'heure de la journée et du jour de la semaine ou encore instauration d'un organe de contrôle indépendant, rétorque le ministre.

Ce dernier travaille par ailleurs à un nouvel arrêté royal portant sur une redéfinition de ces normes, la législation européenne obligeant l'Etat belge à disposer d'un cadre légal permettant d'objectiver les choix posés, sous peine de faire l'objet, comme par le passé, de recours et d'annulations judiciaires.

 "L'aéroport de Bruxelles-National ne peut être la poubelle sonore de l'Europe. J'agis sur différents fronts pour trouver des solutions qui diminuent la charge environnementale sur les populations survolées. Ceux qui prétendent qu'il y a des solutions simples dans ce dossier soit se trompent, soit mentent. Mais il y a très clairement possibilité d'améliorer la situation et c'est mon engagement d'ici à 2024 via un plan d'action très volontariste et une concertation systématique avec l'ensemble des parties prenantes du dossier", conclut M. Gilkinet.

 

L'invité: George Gilkinet, vice-premier ministre et ministre de la Mobilité

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Nuisances des avions : pour le médiateur du transport aérien, pas besoin de nouvelle étude sur les normes de vent

Regions

Georges Gilkinet voudrait pousser les compagnies aériennes à se doter d'avions moins bruyants

Belgique

Articles recommandés pour vous