RTBFPasser au contenu
Rechercher

Politique

Nucléaire : voici l’accord du gouvernement sur l’avenir énergétique de la Belgique

Loading...
18 mars 2022 à 20:04 - mise à jour 18 mars 2022 à 22:05Temps de lecture3 min
Par Estelle De Houck avec Th. Gadisseux

Fumée blanche. Les partis du gouvernement fédéral ont trouvé un accord ce vendredi sur l’avenir énergétique de la Belgique. Il a notamment été décidé d’acter la prolongation de deux réacteurs durant 10 ans, et sans discontinuer (Doel 4 et Tihange 3). Le gaz trouvera également sa place dans le futur mix énergétique ; le gouvernement confirme son mécanisme de soutien aux centrales au gaz (CRM). Un grand plan pour accélérer la transition se dessine également, en augmentant nos énergies renouvelables et en aidant le citoyen à diminuer sa consommation en énergie fossile.

C’est donc une étape politique importante que franchit la coalition Vivaldi, après de longs débats houleux autour de la sortie du nucléaire. L’accord de gouvernement des sept partis, conclu en septembre 2020, traçait pourtant la voie vers une sortie totale, et la fermeture de tous les réacteurs en 2025. Ce "scénario A" était défendu jusqu’il y a quelques semaines par l’ensemble des partenaires, excepté le MR. Mais la flambée des prix de l’énergie et la guerre en Ukraine ont rebattu les cartes : la sortie du nucléaire est postposée, à nouveau.

Accélérer la transition et sécuriser l’approvisionnement

L’objectif de cet accord "Energie" est double : assurer notre sécurité d’approvisionnement mais également tenter de limiter la dépendance énergétique de notre pays.

Le gouvernement a donc décidé de donner mandat au Premier ministre et à la ministre de l’Energie, Tinne Van der Straeten, pour négocier avec Engie une prolongation de deux réacteurs pour dix ans. La loi de sortie du nucléaire, datant de 2003, sera donc modifiée dès la fin de ce mois de mars.

Par ailleurs, pour compléter son mix énergétique, le gouvernement confirme également son mécanisme de soutien aux centrales au gaz (CRM).

A noter que cette sortie du nucléaire risque d’être semée d’embûches. Il faudra notamment convaincre Engie, l’exploitant des centrales, qui avait toujours dit que la prolongation devait être décidée avant la fin de l’année 2020.

Et les obstacles ne s’arrêtent pas là : il faudra voter une loi, mener une étude d’incidence environnementale internationale ou encore compenser la part de nucléaire à laquelle nous allons renoncer.

Loading...

Le plan de transition énergétique

En parallèle, le gouvernement propose un vaste plan de transition énergétique à 1,2 milliard d’euros, visant à accélérer les énergies renouvelables. D’ici 2030, environ 30% de notre électricité devrait donc provenir du renouvelable et jusqu’à 15% de la consommation actuelle de combustibles fossiles devrait être réduite.

Pour ce faire, le gouvernement dévoile un catalogue de mesures visant à doper les énergies vertes : baisse de la TVA de 6% sur les pompes à chaleur et les panneaux photovoltaïques, suppression de l’éclairage non LED des bâtiments gouvernementaux et de ceux la SNCB, bornes de recharges pour véhicules électriques dans les parkings de la SNCB ou encore installation de panneaux solaires sur les toits appropriés du gouvernement et des stations de la SNCB.

Le gouvernement compte également sur la mobilité verte pour accélérer la transition. Il est notamment prévu que la SNCB lance un projet pilote pour des trains à l’hydrogène, verdisse ses cyclomoteurs et transports légers de marchandise et double son transport de marchandises par chemin de fer d’ici 2030. Enfin, pour favoriser l’utilisation des transports en commun, les prix des billets de train seront gelés en 2023.

Sans surprise, et comme déjà annoncé lors du plan de relance, le gouvernement souhaite également poursuivre ses investissements dans l’éolien offshore en Mer du Nord : la Vivaldi entend notamment quadrupler l’éolien offshore à 8GW. Quant aux éoliennes terrestres, elles devraient produire jusqu’à 1,5GW supplémentaire grâce à des règles plus souples dans l’aviation et la Défense.

A noter également que des bons d’Etat verts pourront être achetés par les citoyens, avec un rendement supérieur à celui d’un compte épargne.

Loading...

Sur le même sujet

Prolongation du nucléaire : le nucléaire n'offre pas de solution pour 2025 selon Petra De Sutter

Belgique

Nucléaire en Belgique : consensus, innovation ou black-out ?

Belgique

Articles recommandés pour vous