Belgique

Nucléaire: faut-il s'inquiéter de la situation de Tihange et de Doel?

Nucléaire: faut-il s'inquiéter de la situation de Tihange et de Doel?

© ERIC LALMAND - BELGA

20 févr. 2015 à 07:31 - mise à jour 20 févr. 2015 à 08:03Temps de lecture1 min
Par RTBF

Anne Marie Habraken, directrice de recherche au fonds national de la recherche scientifique, estime que les microfissures ne sont pas forcément dangereuses : "Si elles sont là dès l'origine et n'ont pas bougé pendant 40 ans, ce n'est pas forcément inquiétant, dit-elle. Il faut surtout voir dans quelle direction cela va évoluer, et si ces fissures sont stables ou bien si elles vont se propager, se multiplier."

De son côté, Walter Bogaert, chimiste à l'université de Louvain, spécialiste des métaux et du nucléaire, est plus alarmiste. Doel 3 et Tihange 2 pourraient ne pas être les deux seuls réacteurs concernés.

"Dans le monde, il y a au moins vingt autres cuves de réacteurs, qui ont été faites par le même fabricant, indique-t-il. Il faut donc être prudent et attentif à une plus large échelle si jamais des phénomènes similaires sont détectés."

Digby Magdonald, spécialiste du nucléaire à Berkeley en Californie, craint quant à lui des conséquences graves si le problème est pris à la légère : rupture d'une cuve ou fuite dans l'eau de refroidissement. "Selon moi, tout propriétaire de centrales nucléaires devraient procéder à des tests par ultrasons", affirme-t-il, insistant sur le fait que cela vaut pour les 430 centrales existantes dans le monde, ainsi que les navires nucléaires.

En Belgique, Doel 1 et Doel 2 doivent encore faire l'objet d'examens. Les trois derniers réacteurs ne présenteraient pas de fissure.

T.M. avec Barbara Schaal

Sur le même sujet

Redémarrage de Doel 3 et Tihange 2: pas avant "plusieurs mois"

Economie

Prolongation de Doel : "Une option coûteuse et risquée" selon Ecolo

Belgique