RTBFPasser au contenu
Rechercher

Nouvelle-Zélande: les attaques de Christchurch ne pouvaient pas être empêchées

La Première ministre néozélandaise Jacinda Ardern, lors d'une conférence de presse pour la présentation du rapport d'enquête sur les attaques de Christchurch, le 8 décembre 2020 à Wellington
08 déc. 2020 à 13:07 - mise à jour 08 déc. 2020 à 13:07Temps de lecture1 min
Par AFP

Les attaques l'an passé en Nouvelle-Zélande des mosquées de Christchurch n'auraient pas pu être empêchées, a conclu mardi un rapport d'enquête.

La commission royale, dotée des pouvoirs d'investigation les plus importants selon la législation néo-zélandaise, a cependant appelé à des changements radicaux en matière d'anti-terrorisme en réponse à ce carnage au cours duquel 51 fidèles avaient été abattus par un suprémaciste blanc.

Ce rapport de 800 pages a souligné que les services d'espionnage se sont concentrés de manière "inappropriée" sur l'islamisme radical, négligeant la menace terroriste représentée par des extrémistes de droite.

Il n'a pas pour autant conclu que les autorités auraient pu prévenir ces attaques, soulignant qu'avant la tuerie, les informations "incomplètes" disponibles sur Brenton Tarrant, n'étaient pas suffisantes pour laisser penser qu'il constituait une menace.

La Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a salué ce rapport et s'est engagée à examiner ses 44 recommandations. Elle a rappelé que son gouvernement s'est déjà attaqué au laxisme concernant la législation sur les armes à feu, pointé par le rapport, qui avait permis à M. Tarrant de se constituer un véritable arsenal d'armes de type militaire.

"La commission n'a pas conclu que ces questions auraient permis d'arrêter l'attaque, mais il s'agissait néanmoins de deux manquements et je m'en excuse", a-t-elle souligné.

Prison à vie pour le tueur de Christchurch (JT du 27/08/2020)

Articles recommandés pour vous