Monde

Nouvelle nuit de manifestations en Iran malgré la répression meurtrière

Des manifestantes photographiées à Barcelone lors d’un rassemblement le 27 septembre 2022 pour les droits des femmes en Iran après la mort de Masha Amini.

© Europa Press 2022

27 sept. 2022 à 20:40Temps de lecture1 min
Par AFP, édité par Grégoire Ryckmans

Pour la 12e nuit consécutive, les Iraniens sont descendus dans la rue mardi dans plusieurs villes du pays pour protester contre la mort d’une jeune femme, malgré la répression qui a fait des dizaines de morts.

Malgré les appels internationaux à cesser le recours à la force, le pouvoir est resté ferme face aux protestataires accusés d’être des "émeutiers" qui "portent atteinte à la sécurité et aux biens publics".

Les protestations ont lieu tous les soirs depuis le 16 septembre, date à laquelle l’Iranienne de 22 ans, Mahsa Amini, est morte à l’hôpital, trois jours après son arrestation à Téhéran pour non-respect du code vestimentaire strict pour les femmes en République islamique d’Iran, qui doivent se couvrir les cheveux en public.

Selon des médias d’opposition, les manifestations ont repris mardi soir dans différentes villes. Mais des militants ont affirmé que les perturbations des connexions Internet rendaient de plus en plus difficile la transmission des images.

La fille d’un ex-président arrêtée

Selon un dernier bilan donné mardi par l’agence de presse iranienne Fars, "environ 60 personnes ont été tuées" depuis le 16 septembre. La police a fait état de 10 policiers morts mais il n’était pas clair si ceux-ci figuraient parmi les 60 morts.

L’ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, a elle fait état lundi d'"au moins 76 morts" dont "six femmes et quatre enfants", affirmant avoir obtenu des "vidéos et des certificats de décès confirmant des tirs à balles réelles sur des manifestants". En outre les autorités ont fait état de l’arrestation de plus de 1200 manifestants depuis le 16 septembre.

Et mardi, selon l’agence de presse iranienne Tasnim, Faezeh Hachemi, la fille de l’ex-président Akbar Hachemi Rafsandjani, a été arrêtée à Téhéran pour "avoir incité des émeutiers à manifester".

Sur le même sujet

Manifestations en Iran : Joe Biden promet plus de sanctions après la répression de manifestations en Iran

Monde Moyen-Orient

Turquie : manifestations dans plusieurs villes en soutien aux Iraniennes

Monde

Articles recommandés pour vous