RTBFPasser au contenu

Littérature

Nouveau polar de Franck Thilliez : "Labyrinthes", un égarement dans les dédales du cerveau

L'Incontournable

"Labyrinthes" de Franck Thilliez

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Après LUCA, Il était deux fois et 1991, le célèbre auteur de thrillers Franck Thilliez nous invite dans son "Labyrinthes". Un polar qui nous perd dans les sinuosités du cerveau de ses personnages. L’écrivain, l’un des plus lus en France et en Belgique, publie aussi ses techniques d’écriture sous le titre "Le plaisir de la peur".

Franck Thilliez prend un malin plaisir à nous faire peur. Un plaisir aussi de la transmission : "C’est un plaisir que j’ai ressenti moi-même quand j’étais adolescent. Je lisais beaucoup de romans qui faisaient peur, comme Stephen King par exemple ; j’étais terrorisé, mais en même temps je ne pouvais m’empêcher de les lire. […] Ce qui m’a mené à l’écriture, c’est cette envie de reproduire ce que moi-même j’avais ressenti".

"Labyrinthes", un roman sur l’amnésie

Dans un chalet des Vosges, la victime est retrouvée avec le visage réduit en bouillie à coups de tisonnier. Camille Nijinski mène l’enquête. Mais la principale suspecte a perdu la mémoire.

L’amnésie, personnage principal du roman ? "Une obsession" selon son auteur : "C’est très romanesque comme sujet. Quand vous avez un personnage comme ça qui est paumé, qui a perdu la mémoire, c’est beaucoup de matière pour nous les écrivains."

J’aime beaucoup explorer ces sujets-là, et puis c’est passionnant pour le lecteur de découvrir comment fonctionne le cerveau et comment on peut réussir à s’en sortir quand on a oublié toute une partie de sa vie.

Pour l’aider dans son enquête, Camille Nijinski doit compter sur Vera, la psychiatre de la suspecte. Vera vit dans les Vosges, loin des ondes électromagnétiques. C’est une hyper-électrosensible, une de ceux qu’on appelle les naufragés des ondes :

"Entre deux livres, je fais beaucoup de recherches sur des sujets que je ne connais pas forcément", explique Franck Thilliez. "Un jour je suis tombé sur ce sujet des hyper-électro-sensibles ; des gens qui dans le monde d’aujourd’hui, très connecté, n’ont plus d’endroit où aller". Les symptômes peuvent être terribles : "C’est des acouphènes, des migraines en permanence, et en fait il n’y a pas de solution".

On peut faire des examens, les médecins ne voient rien, donc il y a un abandon par le corps médical de ces gens-là. Le seul moyen qu’ils ont de survivre, c’est d’aller dans les endroits les plus paumés pour se réfugier, souvent au fin fond de forêts ou de montagnes.

Dans ce thriller comme dans les autres, Franck Thilliez cherche à sonder les troubles de l'être humain : "Il y a beaucoup à explorer autour du cerveau : plus on découvre comment il fonctionne, moins on le comprend. [...] Pourquoi quelqu'un qui a une vie complètement normale, à un moment donné de sa vie va basculer, va commettre par exemple un meurtre ? J'essaie de comprendre ça, d'où ça vient [...], c'est ce qui me pousse à écrire des polars."

Sur le même sujet

24 mai 2022 à 11:59
11 min

Articles recommandés pour vous