RTBFPasser au contenu

Societe

Nouveau nuage de pollution en Chine: l'incompréhensible immobilisme

Une fillette masquée dans les rues de Shanghaï
08 déc. 2013 à 14:292 min
Par Amandine Degand

"Le ciel est jaune pâle et l'air est rempli d'une odeur étouffante", a écrit un internaute sur le réseau social Weibo.

Depuis le 5 décembre, plusieurs écoles ont dû rester fermées ou suspendre leurs activités en plein air en raison de la pollution atmosphérique dans deux grandes villes de l'est de la Chine, Nanjing et Qingdao.

Alerte rouge

A Nanjing, capitale de la province du Jiangsu, le gouvernement a pour la première fois lancé une "alerte rouge" en raison de la mauvaise qualité de l'air. La municipalité de la Shanghaï, a également publié une alerte sanitaire la plus élevée, premier avis du genre émis depuis le démarrage en avril du nouveau système d'alerte sanitaire.

A Qingdao, les autorités municipales ont également interdit de brûler des feuilles et des ordures et limité l'usage des véhicules gouvernementaux. Les habitants de la mégapole sont fortement encouragés à rester chez eux et les directeurs d'usine priés de réduire, voire de suspendre les chaînes de production.

Le smog paralyse Shanghaï
Le smog paralyse Shanghaï PETER PARKS - IMAGEGLOBE

Le niveau de micro-particules dont le diamètre est de 2,5 micromètres s'est établi à 354 mercredi, selon le portail d'informations news.longhoo.net. Un niveau près de 18 fois trop élevé. L'Organisation mondiale de la santé (Oms) estime en effet qu'un niveau supérieur à 300 constitue un danger et recommande que le niveau quotidien ne dépasse pas 20.

Nouveau nuage de pollution en Chine: l'incompréhensible immobilisme
Nouveau nuage de pollution en Chine: l'incompréhensible immobilisme © Tous droits réservés

Bonnes volontés troquées contre croissance frénétique

La qualité de l'air dans les centres urbains est devenue un sujet de préoccupation croissant pour les dirigeants chinois, qui se montrent inquiets des risques pour l'environnement et la sécurité que présente une industrialisation à marche forcée du pays.

Les autorités ont dévoilé ces dernières années toute une série de mesures de lutte contre la pollution. Mais elles ne semblent pas obtenir de résultats probants jusqu'à présent. Vu de l'extérieur, ces bonnes volontés affichées semblent engluées dans un incompréhensible immobilisme.

Ainsi, début septembre, la Chine a annoncé vouloir abaisser son recours au charbon sous les 65 % de la consommation énergétique globale. Une décision trop peu ambitieuse jugera-t-on. Mais une décision importante quand on sait que la combustion du charbon est l'une des principales sources de pollution de l'air, selon une étude de l'Université de Leeds, sponsorisée par Greenpeace East Asia.

Mais comme l'indique le Wall Street Journal, cette décision s'est aussitôt heurtée à la résistance des entreprises d'état, qui refusent les coûteuses transformations énergétiques de leurs équipements.

Dans ces conditions, les Chinois n'ont plus qu'à revêtir leurs masques chirurgicaux. Face à la volonté d'un développement économique accéléré, l'environnement attendra bien.

RTBF et agences

Une mannequin portant un masque alors qu'elle parade lors de la présentation d'une collection de bijoux, à Nanjing, le 8 décembre 2013
Une mannequin portant un masque alors qu'elle parade lors de la présentation d'une collection de bijoux, à Nanjing, le 8 décembre 2013 STR - IMAGEGLOBE

Sur le même sujet

20 déc. 2013 à 11:19
1 min
29 nov. 2013 à 12:32
1 min

Articles recommandés pour vous