"Nos poubelles vont devoir maigrir": l'InBW cherche des pistes pour résorber son déficit

© Belga

09 juin 2021 à 08:26Temps de lecture2 min
Par Stéphanie Vandreck

C'est un grand chantier qui se prépare à l'InBW : la réorganisation de la collecte des déchets en porte-à-porte. Les bourgmestres des 27 communes du Brabant wallon et de la commune hainuyère de Braine-le-Comte ont été invités par l'intercommunale à en discuter.

Plusieurs questions se posent aujourd'hui. Comment inciter les citoyens à produire encore moins de déchets? Comment réorganiser leurs collectes et leur traitement? Comment faire au final que la facture soit moins lourde, tant sur le plan environnemental que financier?

Un trou de 2 millions dans les caisses

Il faut dire que la crise sanitaire a couté fort cher au département déchets de l'intercommunale : il accuse un déficit de deux millions d'euros. Les causes de ces pertes sont multiples et liées à la crise sanitaire.

L'intercommunale a tout d'abord enregistré moins de rentrées au cours de l'année 2020. "Il y a tout d'abord l'écroulement du prix de l'électricité, qui provoque une réduction de recettes importante sur l'électricité que nous produisons dans notre unité de valorisation énergétique de Virginal. Il y a aussi eu un effondrement du cours des papiers-cartons. Comme le confinement a généré une plus grosse production de papiers-cartons, avec les livraisons à domicile, nous avons perdu près de 600.000 euros", note le président de l'intercommunale, Christophe Dister. A cela s'ajoute une augmentation des  frais de fonctionnement de l'InBW, pour garantir le respect des normes sanitaires au sein de son personnel, notamment.

Tout semble revenir à la normale, mais le trou de deux millions d'euros, il va tout de même falloir le combler. L'intercommunale a d'ailleurs sollicité l'aide financière des communes, qu'elles pourront toutefois étaler sur cinq ans. Cela risque de se ressentir un tout petit peu sur la taxe communale qu'on paie chaque année pour les déchets : en principe, un euro de plus par an et par habitant.

Pas qu'une seule piste (de solution)

Non, en effet, il y en a plusieurs sur la table : cela pourrait être une réorganisation des collectes, mieux harmonisées entre les communes, et peut-être plus aussi fréquentes (car chaque passage du camion-poubelle a un coût, en émissions carbone également).

Les Brabançons wallons, dans les cinq prochaines années, devraient donc être incités à encore mieux trier pour faire maigrir leur sac blanc. Aujourd'hui, cela représente 144kg par an et par habitant. Le tri des déchets organiques, mais aussi le sac P+MC (qui acceptera plus de déchets plastiques dès le 1er juillet), seront les premiers alliés de ce régime-minceur. Objectif : les 90 kg par an et par habitant.

Les communes se réunissent une nouvelle fois ce 24 juin avec l'intercommunale. On devrait en savoir plus en septembre prochain sur les options choisies.

Tournée des éboueurs en période de confinement: JT 25/03/2020

La tournée des éboueurs en période de confinement

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous