RTBFPasser au contenu
Rechercher

Chronique cinéma

"Nobody has to know", Bouli Lanners raconte avec pudeur une histoire d’amour dans les terres d’Ecosse

Mercredi rime avec sortie cinéma. Nicolas Buytaers nous présente sa sélection avec notamment le nouveau film de et avec Bouli Lanners, son premier réalisé en anglais, Nobody has to know, en français "L’ombre d’un mensonge".

Chronique cinéma

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Nobody has to know

Nous sommes au nord de l’Ecosse, sur l’île de Lewis. C’est là, entre ses plages de sable, sa tourbe et ses vieilles pierres érodées par les vents que Philippe a décidé de se retirer de la civilisation trop bruyante, trop agitée à son goût. Dans cette nature sauvage, Philippe travaille chez un fermier local, jusqu’au jour où il est victime d’un AVC. À sa sortie de l’hôpital, il ne se souvient plus de rien, ni de personne. Et encore moins de Millie qui lui apprend qu’avant son accident, ils étaient amants… Mais comment savoir si ce qu’elle dit est la vérité ?

Nobody has to know ou L’ombre d’un mensonge est le premier long-métrage en anglais de Bouli Lanners, qui nous propose une histoire d’amour racontée avec énormément de pudeur. Peut-être un peu trop… Même si l’histoire est intéressante, on aurait aimé davantage de chaleur… encore plus sur cette belle île aride mais glaciale, située au nord-ouest de l’Ecosse. Une île qui est un personnage à part entière dans ce film. Et Bouli n’a pas son pareil pour mettre si bien en valeur les paysages qui l’entourent.

Notez encore l’excellente performance de son actrice principale, Michelle Fairley, révélée dans la série Game of Thrones.

Loading...

Le temps des secrets

Adaptation du livre éponyme de Marcel Pagnol, Le temps des secrets est le troisième volet des Souvenirs d’enfance de l’écrivain provençal, qui fait suite à "La gloire de mon père" et "Le château de ma mère". Nous sommes dans le Sud, Marcel vient de terminer ses primaires et dans trois mois, il entrera au lycée. Mais avant cela, il y a les vacances. Une douce période enchantée, hors du temps, où il retrouve son ami Lili et cette nature incroyable, ce soleil… et ce joli visage envoûtant, celui de la jeune Isabelle.

Des jeux enfantins aux premiers émois amoureux, voilà les premiers secrets du futur écrivain mis en scène par Christophe Barratier – un spécialiste de l’enfance sur grand écran avec des films comme "Les choristes" et " La nouvelle guerre des boutons". Cette adaptation sent bon la lavande et l’accent du sud, même s’il est parfois un poil trop poussé par des acteurs du nord comme François-Xavier Demaison et Guillaume De Tonquédec.

Loading...

Le sommet des dieux

Ce film d’animation n’est autre que l’adaptation du roman graphique d’un des maîtres du dessin japonais, le plus européen des artistes nippons, le mangaka Jirô Taniguchi ("Quartier lointain", "Le gourmet solitaire").

Cette histoire vous emmènera donc vers les sommets, à Katmandou, d’abord, où le journaliste Fukamachi croit reconnaître Habu, l’un des plus grands alpinistes encore vivants. Habu protège coût que coûte un appareil photo qui pourrait changer l’histoire de l’alpinisme avec la réponse à cette question : et si George Mallory et Andrew Irvine étaient les premiers hommes à avoir atteint le sommet de l’Everest, le 8 juin 1924 ?

Entre une terrible (en)quête de vérité, le dépassement de soi, l’effort physique extrême, la soif d’aventure et une nature magnifique, ce film "Le sommet des dieux" du réalisateur français Patrick Imbert est un sommet de l’animation, à la fois prenant, beau et intense !

Loading...

Sur le même sujet

En Ecosse, les deux candidats conservateurs rejettent un nouveau référendum d’indépendance

Monde

"Nobody has to know" de Bouli Lanners: un film pictural à la lumière romanesque, qui s'inspire de l'oeuvre d'Andrew Wyeth

Cinéma - Interviews

Articles recommandés pour vous