RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

NLMK a aussi de l'ambition pour Clabecq

Le site clabecquois n'a pas été laissé de côté: NLMK veut même en faire une usine de pointe.
04 juil. 2011 à 11:06Temps de lecture1 min
Par OPPENS Xavier Van
Le géant russe de la sidérurgie a fait connaître, vendredi, son plan industriel et sa nouvelle structure. Et ses intentions sont plutôt rassurantes : il y a plus d'un mois, NLMK reprenait une partie des installations de Duferco, notamment les "produits plats" de La Louvière, mais aussi des sites en France, en Italie et aux Etats-Unis. Des acquisitions qui permettent aujourd’hui au groupe russe de développer un modèle industriel unique en Europe.

NLMK est le seul sidérurgiste à posséder une maîtrise de l'ensemble de la chaine de production d'acier : des mines de fer russe jusqu'à la livraison des produits finis aux clients. Un modèle dans lequel La Louvière occupe une place stratégique.

Prévisions optimistes donc pour les installations louviéroises qui lui appartiennent mais qu'en est-il du site de Clabecq, également acquis par le groupe russe ? Là aussi, le sidérurgiste veut faire de Clabecq une usine de pointe, notamment grâce la mise en place d'une toute nouvelle ligne de production d'acier trempé.

Alain Vermersch, directeur de NLMK-Clabecq : ''On a la chance d’être spécialisé dans les fines épaisseurs. La chance, à Clabecq, d’avoir reçu cet investissement qui permet de produire au-delà des produits standards (que l’on produit ici depuis des années), des nouveaux produits qui sont attendus par le marché. C’est notre chance.''

En termes d’emploi, on s’en doute, la nouvelle est aussi d’importance : ''Au jour d’aujourd’hui, en période de crise, cela permet d’optimiser l’emploi de toutes les personnes qui y travaillent. On a même fait des recrutements dans des domaines biens précis.''

 

Jean-Christophe Adnet, Xavier Van Oppens

Sur le même sujet

Clabecq: le haut-fourneau 6 a disparu du paysage

Regions

Articles recommandés pour vous