RTBFPasser au contenu

Monde

Niger: la situation est suivie de près en Belgique

Niger: la situation est suivie de près en Belgique
18 févr. 2010 à 19:402 min
Par Belga/RTBF

"Le président Tandja et son aide de camp seraient retenus dans la garnison de Tondibia", située à une vingtaine de kilomètres de la capitale, selon un responsable français ayant requis l'anonymat.

Plusieurs ministres seraient quant à eux retenus dans les locaux du Conseil supérieur de la communication, non loin du palais présidentiel, a-t-elle ajouté

Situation suivie avec attention

"On suit la situation, en partenariat étroit avec la France", a-t-il affirmé à l'agence Belga, rappelant que la Belgique ne disposait pas d'ambassade à Niamey, mais seulement d'un bureau de coordination de la Coopération.

La situation est "imprécise", a souligné Charles Michel.

"La consigne donnée aux gens de la Coopération, c'est la prudence", a-t-il ajouté, alors qu'une vingtaine de Belges et de Bulgares, principalement des policiers, étaient bloqués jeudi dans leur hôtel de Niamey, à la suite de la tentative de putch.

Air France suspend ses vols

"Air France a décidé de suspendre ses vols à destination de Niamey, et ce jusqu'à nouvel avis" en raison des troubles qui ont éclaté jeudi dans la capitale du Niger, a annoncé jeudi une porte-parole de la compagnie aérienne à l'AFP.

Le vol Paris-Niamey-Ouagadougou parti jeudi matin n'a pas fait escale au Niger et a rejoint directement sa destination finale au Burkina Faso, a-t-elle ajouté. La compagnie a proposé des solutions d'hébergement à Ouagadougou aux passagers qui désiraient se rendre à Niamey.

Le Niger est l'un des dix-huit pays partenaires de la Coopération belge, mais certains projets, portant sur le renforcement institutionnel, ont été suspendus à la suite du coup d'Etat institutionnel du président Tandja.

Après dix ans à la tête du pays sahélien, il avait obtenu une rallonge controversée de son mandat grâce à un référendum constitutionnel le 4 août. Son deuxième quinquennat, qui expirait initialement le 22 décembre, a été prolongé d'au moins trois ans.

Ce référendum, boycotté par l'opposition, lui a valu de nombreuses critiques, notamment de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), d'autant qu'il avait auparavant dissous le parlement et la Cour constitutionnelle, opposés à son projet.

La tenue d'élections législatives le 20 octobre, très contestées, a entraîné la suspension du Niger par la CEDEAO et l'Union européenne a suspendu son aide au développement.


Belga

Articles recommandés pour vous