RTBFPasser au contenu

Monde

Niger: des militaires ont démis le président Tandja

Niger: des militaires ont démis le président Tandja
19 févr. 2010 à 06:442 min
Par RTBF

Plusieurs personnes auraient été tuées. Le président nigérien Mamadou Tandja a été emmené dans un lieu inconnu.

Ce coup d'Etat n'est une surprise pour personne. Le président Mamadou Tandja, 71 ans, était au pouvoir depuis dix ans. Il aurait dû quitter ses fonctions fin décembre. Mais l'été dernier, il a imposé par référendum une nouvelle constitution qui rallongeait son mandat d'au moins trois ans. Il y avait eu des manifestations. L'opposition avait boycotté le référendum, tout comme les législatives qui ont suivi en octobre.

Dans la société civile, dans l'opposition, comme dans l'armée, le mécontentement était perceptible. Les militaires avaient un grief de plus : ils reprochent au président Tandja d'avoir fait des concessions à la rébellion touareg du Nord qu'ils ont combattue les armes à la main pendant des mois.  

La communauté internationale avait condamné  le coup de force politique du président Tandja.

Le putsh de jeudi matin s'est déroulé selon un scénario trop connu en Afrique : des militaires ont fait irruption au conseil des ministres. Le président et son aide de camp auraient été emmenés dans une caserne, les ministres dans une autre.

Maintenant que va-t-il se passer? Deux des trois putchistes n'en sont pas à leur premier coup, notamment le colonel  Pelé, le commandant de la région de défense de Niamey. Il doit son surnom à sa passion pour le football.

Le porte parole du nouveau pouvoir était jusqu'ici chef des renseignements militaires et  porte-parole de l'armée.

Ce putsch si facilement perpétré a fait quelques victimes mais leur nombre n'est pas connu.

A l'étranger, on attend la suite avec  inquiétude. Le Niger est le troisième producteur  mondial d'uranium. Le groupe français Areva y a d'importants contrats, et  entretenait avec le président Tandja des relations tendues, en raison notamment de l'irruption des Chinois dans l'exploitation de l'uranium.

A l'aéroport de Niamey le trafic est interrompu. Un avion militaire belge est cloué au sol. L'équipage et une vingtaine de policiers belges qui escortaient des sans-papiers expulsés de Belgique sont donc coincés pour l'instant au Niger où ils faisaient escale. La Belgique et la France ont conseillé à leurs ressortissants au Niger de rester chez eux.

 

M.S. avec Françoise Nice

Articles recommandés pour vous