RTBFPasser au contenu

Régions Brabant wallon

Nicolas Van der Maren (MR) futur bourgmestre d’Ottignies-LLN : renvoyé dans l’opposition, Ecolo accuse le coup

Au milieu, le futur bourgmestre Nicolas Van der Maren (MR), à sa droite, le premier échevin (Avenir) Benoit Jacob, et à sa gauche, l’échevin PS Abdel Ben El Mostapha.
19 janv. 2022 à 08:48 - mise à jour 19 janv. 2022 à 14:313 min
Par Hugues Van Peel

C’est un coup de tonnerre qui a retenti ce mercredi à Ottignies-Louvain-la-Neuve. Ecolo est renvoyé dans l’opposition. Une nouvelle majorité se met en place, alliant la liste OLLN 2.0 (MR), le groupe Avenir (cdH) et le PS. Une page de la vie politique locale se tourne. La ville était le bastion des Verts, leur laboratoire de la gouvernance locale depuis l’an 2000.

On savait que l’ambiance au sein de la majorité n’était plus ce qu’elle était. 22 ans de mariage, ça use. La semaine dernière encore, un conseiller communal Avenir avait publiquement critiqué un échevin Ecolo à qui il reprochait de dénigrer constamment l’UCLouvain.

L’incident n’est pas passé inaperçu. La bourgmestre Ecolo, Julie Chantry, a tenté d’apaiser le climat. Mais elle n’a manifestement pas mesuré l’ampleur du malaise. En réalité, le feu couvait depuis des mois, les motifs de désaccord se sont accumulés. Cette affaire, et surtout la façon dont elle a été gérée au sein de la majorité, a été l’élément de trop. Surtout pour Avenir qui a finalement provoqué la rupture, entraînant le PS avec lui.

La bourgmestre se dit sidérée

Ecolo a-t-il été trop sûr de lui ces derniers mois, pas assez attentif à ses partenaires de majorité, à leurs souhaits et leurs projets ? "Au sein d’Ecolo, certains ont cru qu’ils pouvaient tout dire et tout faire", nous confie un observateur. Voilà une pierre dans le jardin de Julie Chantry à qui plusieurs mandataires reprochent d’avoir manqué de leadership dans la majorité et d’autorité dans son parti, restant parfois sourde aux critiques. Au sein d’Ecolo, certains ont pressenti la rupture qui risquait d’arriver, mais elle n’y croyait pas. Contactée, la bourgmestre se dit sidérée.

Sonnés, les Verts ne manqueront pas de dénoncer les manœuvres en coulisse, voire la duplicité de leurs partenaires, qui ont retourné leur veste en quelques jours sans leur laisser le temps de s’amender.

Le grand gagnant dans l’affaire c’est le MR, qui sera le parti dominant de la nouvelle majorité, avec neuf sièges (Avenir en a sept et le PS en a trois). C’est donc un libéral, Nicolas Van der Maren (38 ans), qui succédera à Julie Chantry comme bourgmestre d’Ottignies-Louvain-la-Neuve. Chef de file de la liste OLLN 2.0 (MR) au conseil communal depuis quelque temps, l’intéressé se voit ainsi promu suite au désistement de Bénédicte Kaisin et de Jacques Otlet qui l’avaient devancé en nombre de voix au dernier scrutin communal en 2018.

Jean-Luc Roland, bourgmestre Ecolo pendant 18 ans est "stupéfait et attristé"

Portrait de l’ancien bourgmestre Ecolo d’OLLN pendant 18 ans, Jean-Luc Roland
Portrait de l’ancien bourgmestre Ecolo d’OLLN pendant 18 ans, Jean-Luc Roland RTBF – Jean-Claude Hennuy

Bien qu’en retrait de la vie politique depuis environ 3 ans, l’ancien bourgmestre Ecolo d’Ottignies Louvain-la-Neuve, Jean-Luc Roland, s’est dit stupéfait et attristé. "Je ne m’y attendais pas du tout. Et sans doute que mes amis d’Ottignies Louvain-la-Neuve non plus. Il y avait probablement quelque chose qui germait depuis quelques mois. Donc, il y a sans doute des questions à se poser du côté du groupe Ecolo…"

Pour Jean-Luc Roland, un des trois premiers bourgmestres Ecolo de Wallonie en 2000, les tensions récurrentes entre les élus locaux et l’université ont sans doute compliqué la vie politique locale. "Il y a eu des moments constructifs et des moments de tension ; c’est une des particularités de cette commune qui abrite sur son territoire une grande université comme l’UCLouvain. Mais je ne pense pas que cela soit la seule raison de la crise actuelle. Il y a également eu des tensions au sein de la coalition. Il y a notamment eu des propos maladroits de certains mandataires à l’égard de l’UCLouvain. Il y a par ailleurs eu, vraisemblablement, des pressions en coulisse exercées par d’autres partis".

Quant au retour annoncé des libéraux au pouvoir, Jean-Luc Roland y voit une opportunité que le MR n’a pas laissée filer. "Vous savez, Ottignies Louvain-la-Neuve est une île verte dans un océan bleu. Les libéraux sont majoritaires dans le Brabant wallon. Mais à Ottignies, Ecolo est resté au pouvoir pendant 20 ans. Leur retour, c’est une réussite pour eux, un échec pour Ecolo. J’espère surtout que la nouvelle coalition maintiendra quand même les politiques que nous avons menées pendant toutes ces années, notamment en matière de mobilité et d’urbanisme !" Un souhait que le nouveau (futur) bourgmestre libéral, Nicolas Van der Maren, semble vouloir respecter. "Nous avons mené une opposition constructive. Maintenant que nous remontons dans la majorité, ce n’est pas pour interrompre les chantiers déjà entamés ! " Nul doute qu’Ecolo suivra de très près l’évolution des dossiers sur lesquels les Verts s’étaient engagés. Le prochain Conseil communal risque d’être quelque peu tendu.

Articles recommandés pour vous