RTBFPasser au contenu

Régions Brabant wallon

Nicolas Van der Maren, le modeste ambitieux : quelques mots sur le futur bourgmestre d’Ottignies-LLN et ses priorités

Nicolas Van der Maren siège au conseil communal d'Ottignies-LLN depuis 2012.

Il n’a pas beaucoup dormi ces derniers jours, à cause du stress, des réunions qui s’enchaînent, des multiples contacts et des sollicitations. La vie de bourgmestre n’est pas de tout repos, celle de futur bourgmestre ne l’est pas non-plus. A 38 ans, Nicolas Van der Maren, diplômé en droit de l’UCLouvain, élu pour la première fois en 2012 au conseil communal d’Ottignies-Louvain-la-Neuve, va donc normalement succéder prochainement à Julie Chantry. Et il en est le premier surpris.

Oui, son groupe savait que l’ambiance n’était pas au beau fixe dans la majorité. Oui, les libéraux ont parfois soufflé sur les braises ces derniers mois, pour provoquer le destin. Mais non, le chef de file de la liste OLLN 2.0 (MR) n’y croyait pas. Ou plutôt, il n’osait pas croire que c’était possible. 22 ans dans l’opposition, tant d’espoirs et de désillusions de scrutin en scrutin, ont rendu les libéraux lucides et prudents.

Reportage du JT du 19 janvier

Le MR, opposant constructif et nuancé?

Lorsqu’il s’est exprimé devant les journalistes et les membres de la nouvelle majorité mercredi, Nicolas Van der Maren a eu le triomphe modeste. En fait, il n’a pas triomphé du tout. D’abord, parce qu’il n’est pas encore bourgmestre. Il lui faudra sans doute encore attendre une dizaine de jours au moins. Ensuite, et il le sait, parce que le plus dur reste à faire: convaincre les habitants de la commune, de Céroux à Louvain-la-Neuve en passant par Limelette et Ottignies. Nicolas Van der Maren joue la carte de l’humilité, quand d’autres se pavanent ou fanfaronnent sur les réseaux sociaux.

On le traite d’opportuniste? Il répond qu'il n’a fait que saisir une occasion qui se présentait à lui et que ce n'est pas son groupe, mais bien la liste Avenir (cdH), qui a provoqué le divorce de la majorité sortante. Nicolas Van der Maren se réjouit simplement de pouvoir enfin agir concrètement, influer sur les affaires de la ville et sur le quotidien de ses habitants.

"Est-ce qu’on profite des circonstances? Oui, certainement, reconnaît-il. Mais ces dernières années, on a vraiment travaillé à développer une opposition qui se voulait nuancée et constructive et je pense que ça a été reconnu par les autres partis. Ils se sont dit que le MR d’Ottignies-Louvain-la-Neuve était fréquentable, qu’on pouvait travailler avec lui. On a travaillé longtemps pour offrir un terrain fertile à des discussions."

Sortir des "affaires courantes"

La nouvelle alliance OLLN 2.0/Avenir (cdH)/PS a trois ans pour mener ses projets à bien. Elle ne fera pas table rase de tout ce qui a été mis en œuvre avec Ecolo au fil du temps, les dossiers entamés seront menés à leur terme, selon le futur bourgmestre. Mais cette majorité a tout de même défini ses priorités: recalibrer la fiscalité pour qu’elle soit au service des projets; avancer plus rapidement sur la redynamisation du centre d’Ottignies et sur la construction d’un nouveau commissariat et d’une maison de repos et de soin publique; ramener la quiétude au parc de la Source et aux abords du lac à Louvain-la-Neuve où les jeunes ont pris l’habitude de se rassembler; repenser le développement urbanistique de cette ville où les chantiers fleurissent partout. Les défis sont multiples.

La future majorité promet un nouveau souffle. Elle veut sortir Ottignies-Louvain-la-Neuve des "affaires courantes" (formule vacharde de l'échevin Avenir Benoît Jacob), et rétablir l’image et la crédibilité de la ville qui auraient été dégradées ces dernières années auprès de ses partenaires: UCLouvain, Province du Brabant wallon et intercommunales. La modestie et l'humilité n’empêchent pas d'avoir des ambitions, encore faut-il les concrétiser. Les électeurs jugeront en 2024.

Sur le même sujet

02 févr. 2022 à 18:41
3 min
25 janv. 2022 à 06:29
2 min

Articles recommandés pour vous