RTBFPasser au contenu

Tarmac

NFT : un mystérieux acheteur vient d’acquérir la recette secrète de la sauce Giant

NFT : un mystérieux acheteur vient d’acquérir la recette secrète de la sauce Giant
26 nov. 2021 à 16:564 min
Par Johanna Bouquet

Le NFT c’est vraiment la nouvelle tendance. Une tendance qui bouscule complètement ce que posséder veut dire. On a eu Booba qui a vendu 25.000 exemplaires de son titre TN uniquement en NFT. On a eu l’œuvre d’art de l’artiste américain Beeple vendue en NFT pour la somme record de 6,6 millions de dollars. Et à peine deux semaines après cette vente, la première galerie d’art physique de crypto art ouvrait ses portes à New York.

Bref, le NFT est partout et désormais jusque dans la cuisine de chez Quick. Et oui puisque le temple de la junk-food, l’enseigne belge Quick vient de vendre en NFT le secret de la recette qui a fait son succès : la fameuse sauce du burger Giant.

Le secret de la sauce Giant

En effet, un mystérieux acheteur a déboursé 27.755 euros soit 7,00ETH (Ether) pour acquérir le secret de la recette. "Pour la toute première fois en 50 ans d’histoire la recette de l’emblématique sauce Giant est détenue par un fan", précise le communiqué de presse.

Ce jeudi, à l’occasion des 50 ans de la marque de fast-food, Quick avait réalisé une vente aux enchères en ligne de la recette sous forme de NFT. "Enregistrée puis convertie en onde sonore, la recette a été proposée à la vente sous forme de NFT (Non Fongible Token, ou Jeton Non Fongible)", indique à nouveau le communiqué de presse.

Et il semblerait que les potentiels acheteurs se soient battus jusqu’au bout pour obtenir la précieuse recette. Pour l’emporter il fallait proposer l’offre "la plus élevée en cryptomonnaie Ether (ETH)".

Pour l’heure on ne connaît pas l’identité de l’acheteur et donc de celui qui est désormais le propriétaire du secret, les transactions étaient, en effet, anonymes. Enfin, on le connaît sous le nom : 0x25e095000108bC8258Fa8a05C8d572af490B5623, peut-on lire sur le site de Quick.

Qu’est-ce que la NFT ?

Si la NFT a définitivement la cote ces derniers temps, c’est une nouvelle technologie qui n’est pas simple à expliquer. D’autant qu’elle bouscule complètement la notion de propriété. En gros, il s’agit de devenir les propriétaires uniques d’objets immatériels ou plutôt d’objets virtuels. C’est d’ailleurs pour ça qu’il s’agit d’un domaine dans lequel l’art digital s’investit à grande vitesse.

NFT ça signifie non fongible token ou en français jetons non fongible. Et non fongible ça veut dire unique, ça ne peut pas s’échanger contre un autre. Comme l’explique le média The Verge, ce n’est pas comme un bitcoin où là on peut en échanger un contre un autre. Donc là, pour la recette de la sauce Giant, il n’y a bien qu’un propriétaire unique. Il possède "un certificat d’authenticité unique".

Et là où ça devient un peu technique c’est que, comme pour la cryptomonnaie, le NFT repose sur la technologie de la blockchain. La blockchain c’est cet espèce d’enorme registre, sorte de livre des comptes, dans lequel on enregistre des informations. Et ce registre il est infalsifiable, personne ne peut le modifier et il est accessible à tous ceux qui l’utilisent. Et comme l’explique The Verge, personne ne peut les modifier et il n’y a pas une instance de contrôle, la technologie fait en sorte que tout le monde est responsable, en quelque sorte.

Mais pour le NFT, la blockchain en question est capable d’enregistrer de plus amples informations. Et la plupart des NFT font partie de la blockchain de l’Ethereum (ETH), comme l’explique à nouveau The Verge. L’Etherum c’est une cryptomonnaie donc c’est la monnaie du NFT (du jeton unique en quelque sorte). Ce n’est pas la seule mais c’est la principale.

Donc en fait, on paye en Ethereum pour obtenir son NFT, c’est-à-dire son acte de propriété. Mais dans l’univers digital cet acte s’appelle un "certificat d’authenticité unique".

Vous suivez toujours ?

Super (ou dommage mais je continue, accrochez-vous encore un peu).

Le truc qui est bizarre c’est de se demander comment posséder de façon unique une œuvre ou un objet digital si celui-ci est reproductible à l’infini. C’est vrai. L’œuvre de Beeple vendu plus de 6 millions d’euros, on la trouve dans google image. Un petit clic droit et j’ai mon Jpeg. Ou encore, dernièrement c’est cet émoji " :-) " qui a été vendu sous forme de NFT pour 10.000 euros.


►►► A lire aussi : Les NFT expliqués aux "moldus" : comment fonctionnent ces singuliers certificats d’objets numériques ?


Alors qu’en vrai, on est beaucoup à les reproduire machinalement sans se poser de question.

Bon et bien d’abord le "certificat d’authenticité unique" vous donne certains droits, comme le droit de diffuser en ligne ce que vous possédez. Vous pouvez également le revendre.

Donc, comme on l’expliquait dans le Izi news que vous pouvez retrouver ci-dessous, "même si l’oeuvre est accesible partout sur internet, tu peux acheter un titre de propriété unique qui certifie que tu en es le propriétaire".

"Mais l’œuvre ou l’objet n’est pas un NFT en lui-même. C’est l’artiste qui a décidé de créer un NFT relié à l’œuvre, comme on l’expliquait déjà il y a quelques mois à la RTBF. Il n’existe donc qu’un seul "certificat d’authenticité" (NFT) dans le monde des blockchains qui permette de remonter du NFT à l’œuvre (ou à la recette de la sauce Giant). L’artiste (ou le cuistot) pourrait très bien décider d’en créer d’autres". Mais plus ils en créent, moins les NFT ont de la valeur. L’offre vs la demande, en somme.
 

Une vente à la sauce bonne action ?

Finalement avec cette vente, Quick s’offre aussi pour ses 50 ans une petite cure de jouvence à la "sauce" j’existe dans le game digital. En termes de communication et de marketing c’est assez malin. D’autant que depuis 1971, la recette de la sauce de ce fameux burger c’est un peu la fierté de l’enseigne. Quick n’hésite à parler de "patrimoine digital belge", c’est dire !

Mais soyons bons joueurs, au-delà du cynisme qui va bien avec la météo du moment, il faut dire que les fonds (donc les 27.775 euros équivalent aux 7,00 Eth) seront reversés à une association – digital for youth – dont l’objectif est de réduire la fracture numérique chez les jeunes. Et cette somme devrait permettre de fournir 270 ordinateurs aux jeunes qui en ont besoin.

Revoir l’épisode de Izi News sur le son TN de Booba vendu via le NFT

Loading...

Sur le même sujet

24 janv. 2022 à 11:30
2 min

Articles recommandés pour vous