RTBFPasser au contenu
Rechercher

Economie

Netflix, événementiel, e-commerce: qui sont les gagnants et les perdants du coronavirus?

Coronavirus et chiffre d'affaires, qui sont les gagnants et les perdants ?
11 mars 2020 à 17:23 - mise à jour 12 mars 2020 à 09:15Temps de lecture4 min
Par RTBF

La propagation de l'épidémie de coronavirus influe sur l'activité des entreprises, en bien comme en mal. Quand certaines s'en trouvent fragilisées, d'autres au contraire en tirent profit. Tour d'horizon des gagnants et des perdants de la crise du Covid-19.

►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus

Loading...

LES GAGNANTS

 

Les sociétés de nettoyage

Leurs agendas débordent de demandes ces jours-ci. Pour entraver la propagation du virus, le nettoyage des claviers, souris et autres téléphones du bureau se font plus fréquents et plus en profondeur. "Nombreux de nos clients prennent des précautions complémentaires dans leurs entreprises, de rapprocher les rendez-vous, d'anticiper des rendez-vous, pour désinfecter les équipements informatiques" confie Thaddé Plater, l'heureux directeur de l'entreprise Teleclean.

L'e-commerce

Paniqués par le coronavirus, les Belges limitent leurs déplacements et par conséquent se rabattent sur les achats en ligne. Et il n'y a pas qu'à Amazon qui tire les marrons du feu. Selon Comeos, les commandes en ligne ont ces dernières semaines bondi de 40% dans les enseignes belges. Exemple chez Delhaize, les centres de livraison des colis, désormais ouverts même le dimanche, tournent à plein régime. "Certains jours on constate des pics d'activité de l'ordre de 70% sur l'e-commerce" se félicite Karima Ghozzi, la porte-parole de l'enseigne.

Fabricants de pâtes

Le risque de pénurie, encore irrationnel, pousse les consommateurs à faire des provisions. Quoi de mieux alors qu'un féculent aussi facile à préparer qu'à conserver pour remplir le placard de la cuisine ? Depuis le début de la crise du coronavirus, les ventes de pâtes alimentaires ont grimpé de 20% dans les magasins belges. Chez nos voisins français, les ventes ont carrément été multipliées par deux !

Netflix

Le leader du streaming vidéo, qui revendique 167 millions d'abonnés dans le monde à la fin 2019 est en passe de conquérir de nouveaux clients. En effet, que font les millions de personnes, chinois, français, italiens ou même belges, confinés chez eux pour cause d'épidémie ? Regarder Netflix ! A leur disposition, une profusion de films et de séries pour passer le temps. Sans compter la nouvelle série documentaire Pandémie, lancée en janvier, elle retrace le parcours… des épidémies. Résultat, l'action de la firme américaine a pris 20% en 3 mois !

Gallimard

L'effet coronavirus trouve aussi une traduction dans le monde des lettres. "La Peste" d'Albert Camus, dont l'histoire fait écho à la crise actuelle, a vu le nombre de ses lecteurs exploser. Depuis début 2020 et l'éclosion du Covid-19, les ventes du livre paru en 1947 ont progressé de 40% par rapport aux années précédentes. Conséquence : l’éditeur Gallimard a lancé une réimpression de son roman à hauteur de 5000 exemplaires.

L'aviation d'affaire

"Nous enregistrons une hausse des réservations de 27% ces trois dernières semaines uniquement" mentionne Bernhard Fragner, PDG de GlobeAir, un opérateur de jets privés en Europe. Depuis le début de la crise, leur demande explose et pour cause. Sur un vol de ligne, un passager est exposé à 700 contacts en moyenne, alors qu'en sélectionnant l'aviation d'affaire, ce risque est réduit 30 fois, avec 20 contacts en moyenne. Sans compter les produits désinfectants à bord et un équipage soumis à un test médical détaillé. Seule condition pour s'envoler sans (trop) de risque, en avoir les moyens…


LES PERDANTS

 

L'aviation commerciale

Si les jets privés sont plébiscités, le secteur aérien grand public fait lui grise mine. La peur générale du Coronavirus a obligé de nombreuses compagnies aériennes à supprimer une multitude de vols, quand ils ne font pas décoller des avions à vide. Des passagers en voie de disparition, et d'ores et déjà un manque à gagner estimé à 100 milliards d'euros par l'IATA (Association internationale du Transport aérien).

Le cinéma

Des salles fermées car situées en zone de confinement, des sorties repoussées de peur d'un flop annoncé et des tournages suspendus, face au coronavirus c'est toute l'industrie du cinéma qui passe un mauvais quart d'heure. Il faut dire que ce climat de peur généralisée n'incite pas à s'attarder trop longtemps dans une salle obscure. Voilà pourquoi la sortie du prochain James Bond est remis à l'automne avec l'espoir qui d'ici là le coronavirus n'est plus voix au chapitre. En attendant, le tournage du 7ème épisode de Mission Impossible est interrompu, Venise ayant quelque peu perdu son attrait cinématographique ces derniers temps.

Les salles de spectacle

Principe de précaution oblige, elles ont dû baisser le rideau. Des salles de spectacle dont la jauge dépasse les 1000 spectateurs, le Palais 12, le Cirque Royal,  l'Ancienne Belgique pour ne citer qu'elles, condamnées au chômage technique pendant une grande partie du mois de mars, si ce n'est plus. Résultat, des annulations de représentations en cascade, et un secteur qui risque de perdre des plumes. "On a déjà été durement frappé par les attentats, et là de nouveau le secteur, pourtant fragile, est durement frappé par cette décision" déplore Denis Gérardy, le directeur du Cirque Royal.

Les tour opérateurs

Le nombre de touristes dans le monde devrait baisser de 3% en 2020 selon les premières estimations de l'Organisation mondiale du tourisme. La faute au Covid-19. Une épidémie qui freine les envies d'ailleurs, la quarantaine imposée aux 118 touristes belges de Tenerife laisse des traces, et qui risque bien de mettre à mal nombre d'agences de voyage. Rien qu'en France, les tour-opérateurs constatent une baisse de l'activité en février de près de 25%, avec une décroissance accrue (-60%) lors de la première semaine de mars et un risque majeur d'annulations et de reports sur les commandes enregistrées. 

CQFD du 11/03/2020 - Coronavirus: les clés pour comprendre

Loading...