Monde

"Netanyahu cherche à provoquer une troisième intifada"

Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Ryad al-Malki.
12 oct. 2015 à 13:37 - mise à jour 12 oct. 2015 à 13:49Temps de lecture2 min
Par RTBF avec Belga

Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Ryad al-Malki, a accusé lundi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de chercher à "provoquer" une troisième intifada dans un contexte de regain de violence en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés.

"Netanyahu veut provoquer une troisième intifada. Netanyahu veut détourner l'attention des problèmes qu'il rencontre sur les scènes politique et diplomatique, où il a misérablement échoué", a-t-il déclaré à l'AFP en marge d'une conférence de presse à Vienne.

Selon M. al-Malki, le dirigeant israélien a commis une "grave erreur" en rompant le statu quo concernant l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, troisième lieu saint de l'islam, investi selon les Palestiniens par un nombre croissant de visiteurs juifs.

"M. Netanyahu a élargi le spectre du conflit pour le faire passer d'un conflit politique limité avec les Palestiniens, susceptible de trouver une solution politique, à une guerre sans fin avec les musulmans dans le monde entier", a-t-il dit lors de la conférence de presse.

Il n'est peut-être pas trop tard

Toutefois, à ce stade, il est encore "prématuré d'évoquer un contexte de troisième intifada", a estimé M. al-Malki. "Je crois qu'il existe toujours une possibilité de contrôler la situation, si Netanyahu collabore" en ce sens, a-t-il assuré. Le dirigeant israélien "doit mettre fin aux violations du statu quo ante à la mosquée Al-Aqsa, conformément au droit international", a souligné le chef de la diplomatie palestinienne.

"Si nous recevons de l'autre partie une indication selon laquelle elle est également prête à apaiser la situation, nous y sommes prêts", a assuré le ministre. Mais à défaut d'un tel geste, "nous ne le pouvons pas, sinon nous serions considérés comme des collaborateurs par notre propre peuple", a-t-il martelé.

Israël et les Territoires palestiniens connaissent depuis une douzaine de jours une vague de violences qui fait redouter un troisième soulèvement populaire palestinien après ceux qui ont fait des milliers de morts en 1987-1993 et 2000-2005.

Le chef de la diplomatie palestinienne devait assister dans l'après-midi à la première levée des couleurs des Territoires palestiniens au siège viennois de l'ONU, douze jours après une cérémonie similaire à New York.

"Le terrorisme au couteau ne vaincra pas Israël"

De son côté, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a affirmé lundi qu'Israël surmonterait la vague actuelle d'attaques au couteau contre les Israéliens et les juifs comme il a surmonté par le passé les attentats à la bombe. "Le terrorisme au couteau ne nous vaincra pas", a dit M. Netanyahu à l'ouverture d'une nouvelle session du Parlement placée sous le signe des violences qui secouent Israël et les Territoires palestiniens occupés