RTBFPasser au contenu

Littérature

Négar Djavadi lauréate du prix littéraire de la Porte Dorée pour "Désorientale"

Négar Djavadi lauréate du prix littéraire de la Porte Dorée pour "Désorientale"
09 juin 2017 à 07:002 min
Par AFP

La romancière d'origine iranienne, Négar Djavadi a reçu jeudi le Prix de la Porte Dorée pour son roman "Désorientale" (Liana Levi), un livre tour à tour drôle, douloureux et émouvant pour parler de l'exil, de l'identité, de la transmission.

"C'est quelque chose d'incroyable dans mon histoire personnelle, ça veut bien dire que cette histoire, qui est la mienne, s'inscrit dans l'histoire de l'immigration en France", a réagi la romancière, âgée de 47 ans.

"On a su, comme d'autres auteurs de la liste, dépasser notre histoire, on a su la raconter (...) pour dédramatiser l'exil, l'immigration et ce qu'on veut nous faire croire de l'immigration comme danger. Il y a une harmonie qui se crée entre l'immigré et l'histoire du pays d'accueil et qui passe par la littérature. Ça montre aussi qu'on vient enrichir un pays, à travers la langue, et ça fait plaisir."

Le prix de la Porte Dorée récompense chaque année une oeuvre de fiction écrite en français ayant pour thème l'exil, l'immigration, les identités plurielles ou l'altérité liée aux réalités migratoires.

Il est doté de 4.000 euros.

Sorti l'été dernier, le premier roman de Négar Djavadi est écrit dans un style qui emprunte et adapte les codes de l'écriture scénaristique pour les mettre au service d'un roman puissant et percutant.

Le récit de Négar Djavadi, 47 ans, puise dans la propre vie de la réalisatrice et scénariste, qui a dû fuir l'Iran dans des conditions dramatiques à l'âge de 11 ans, mais demeure largement une fiction.

La narratrice, Kimiâ Sadr, native de Téhéran mais exilée en France, est dans la salle d'attente d'un hôpital parisien où elle suit un protocole d'insémination artificielle pour avoir un enfant avec son amie, Anna.

Elle se remémore ses souvenirs, sa famille.

"Désorientale" était en lice avec cinq autres titres: "Tropiques de la violence" de Natacha Appanah (Gallimard), "Ma part de Gaulois" de Magyd Cherfi (Actes Sud), "Petit pays" de Gaël Faye (Grasset), "Marx et la poupée" de Maryam Madjidi (Le Nouvel Attila) et "Apatride" de Shumona Sinha (Éditions de l'Olivier).

"Désorientale" avait été sélectionné cet automne pour le Prix du roman Fnac, le Prix littéraire du Monde et le Prix Femina. Négar Djavadi a déjà reçu le prix des libraires L'Autre monde et Folies d'encre ainsi que le prix du style pour ce premier roman.


AFP

Articles recommandés pour vous