"Ne laissez pas courir vos chiens sans laisse" : un appel à la prudence après deux empoisonnements

Des appâts empoisonnés sont parfois posés en bordure de champ, le long des chemins de promenade (illustration)

© S. Vandreck

18 mai 2021 à 04:33Temps de lecture2 min
Par Stéphanie Vandreck

Patrick Belcour, vétérinaire à Waterloo, n’avait jamais connu ça de toute sa carrière : vendredi, deux propriétaires de chien se sont adressés tour à tour à son cabinet, avec un animal apathique, présentant des symptômes de salivation et de vomissements.

Les deux chiens sont décédés dans les heures qui ont suivi. L’un des deux chiens avait douze ans, l’autre était beaucoup plus jeune. Tous deux avaient visiblement ingéré une substance toxique. 

"On a régulièrement des chiens qui présentent ces symptômes suite à une promenade, après avoir mangé une herbe ou un champignon. C’est en entendant que le deuxième chien était lui aussi décédé que nous nous sommes posé des questions, témoigne le vétérinaire. Le lendemain, nous avons rappelé les deux propriétaires en leur demandant où ils étaient allés se promener avec leur chien. Et c’est là que nous avons fait le rapprochement : ils étaient allés dans la même zone, dans les champs, à la limite de Waterloo et Rhode-Saint-Genèse".

Une pratique interdite

La propriétaire d’un des chiens est retournée sur place et a retrouvé des carottes rongées en bordure de champ. Or le vétérinaire avait retrouvé des traces de carottes dans les selles de l’autre animal décédé. Ce sont donc vraisemblablement ces carottes empoisonnées qui ont intoxiqué les deux chiens. La pose de ce genre d’appâts est une technique parfois utilisée par des chasseurs ou des agriculteurs, pour protéger des zones de chasse ou des cultures contre les renards, les lapins ou les rapaces.

"La destruction par empoisonnement est interdite par la loi sur la chasse et la loi sur la conservation de la nature", rappelle avec insistance Nicolas Brochain, agent au Département Nature et Forêt. Si c’est bien le cas ici, les auteurs s’exposent à de lourdes sanctions, pénales ou administratives. "Ce n’est pas une pratique courante, relativise-t-il. Mais chaque année, en Wallonie, nous sommes amenés, que ce soit au niveau du DNF, des unités territoriales ou de l’unité anti-braconnage, à constater ce genre de faits et à poursuivre les auteurs".

Appel à la prudence

Les deux propriétaires ont en tout cas déposé plainte auprès de la police. Les carottes supposément empoisonnées ayant été retrouvées sur le territoire de Rhode-Saint-Genèse, c’est aux instances flamandes, la Natuurinspectie et le Parquet du Brabant flamand, qu’il revient de traiter le dossier.

Pour sa part, le vétérinaire a lancé dès ce week-end un message de prudence sur les réseaux sociaux, rappelant aux propriétaires de chiens de ne pas les laisser courir sans laisse dans la campagne, ce qui n’est de toute façon pas autorisé. "Les poisons utilisés ne sont pas sélectifs", précise encore Nicolas Bronchain.

Cela veut dire que n’importe quel animal peut être intoxiqué, y compris les chiens et les espèces protégées. Il est d’ailleurs aussi recommandé de ne pas toucher le grain, les légumes ou les animaux morts qu’on retrouverait en bordure de champs, et qui pourraient avoir été empoisonnés, car ces poisons peuvent aussi être dangereux pour l’humain.

Sur le même sujet

Je voyage en voiture avec mon chien ou mon chat

On n'est pas des pigeons

Articles recommandés pour vous