RTBFPasser au contenu

Regions Liege

Nandrin : un stage créatif sur le cyber-harcèlement proposé aux jeunes

Nandrin : un stage créatif sur le cyber-harcèlement proposé aux jeunes
20 août 2020 à 05:07 - mise à jour 20 août 2020 à 05:072 min
Par Martial Giot

Un stage original est proposé durant cette semaine à Nandrin. Sa thématique est la lutte contre le cyber-harcèlement.

Ce stage créatif est gratuit et ouvert aux jeunes de 11 à 18 ans. Il est organisé par le Planning Familial Ourthe-Amblève avec le soutien de plusieurs Plan de Cohésion Sociale de la région, le PCS Condroz dans le cas présent. Au-delà de la réflexion sur le harcèlement en général et le cyber-harcèlement en particulier, les participants sont invités à réaliser l’outil de prévention de leur choix.

Ce stage sera également proposé du 24 au 28 août à Anthisnes.

Un stage informatif et créatif

"C’est un stage d’information et de création d’outils.", explique Lucas Marion, animateur du stage. Pour y participer, il n’est pas nécessaire d’avoir été victime de cyber-harcèlement. Arnaud Van Egroo, l’autre animateur, relève : "Qu’on soit victime ou pas, le harcèlement et le cyber-harcèlement, c’est une thématique de société. Les jeunes qui sont ici avec nous aujourd’hui sont sensibilisés à ça.". Lucas Marion poursuit : "Les jeunes savent déjà ou ont dans la tête une idée de ce qu’est le harcèlement. Cependant, on peut peut-être aller un peu plus dans les détails, parler du harcèlement sexuel, du harcèlement au travail, du cyber-harcèlement et aussi donner des informations sur, par exemple, les bonnes conduites à avoir, les personnes-ressources, parce qu’on sait que c’est compliqué de réagir quand on est victime ou quand on est témoin de harcèlement, et, en plus de cela, une création d’outil dont ils sont les créateurs.". Arnaud Van Egroo précise :"Le groupe s’est décidé à concrétiser une petite vidéo.".

Faire passer un message par la vidéo

Pour en savoir plus, tournons-nous vers Maïa, Romane, Gaëlle et Maëlle, les quatre participantes présentes ce mercredi après-midi. "Une affiche, c’était trop banal, on avait envie de faire un court métrage.", "Souvent les jeunes sont sur les réseaux sociaux.", "Du coup, ils vont sûrement voir notre court métrage.", "Il y aura deux harceleuses, une victime et deux témoins.", "Donc il va y avoir des bousculades, des insultes, et, évidemment, comment ça se passe si on en parle ou si on n’en parle pas.", "Oui, c’est dangereux, il faut en parler au plus vite.".

Elles expliquent aussi : "On a déjà appris les types de harcèlement, comment réagir…" "Oui, on a aussi appris les personnes-ressources, à qui en parler.", "J’ai une amie qui s’est fait harceler. Et je ne le savais pas. Je pensais que c’était juste des camarades qui faisaient ça pour rigoler et quand je me suis rendu compte que c’était ça du harcèlement, maintenant, ça me fait de la peine pour elle.", "On a envie d’aider la personne, mais on ne sait pas trop quoi faire."

A propos du court métrage, Arnaud Van Egroo, l’animateur, ajoute : "L’idée, c’est de promouvoir cette vidéo auprès des partenaires locaux, auprès de la commune, auprès des services d’aide, services sociaux etc. Nous par exemple, le planning familial, c’est le genre d’information qu’on relaie et qu’on fera circuler."
 

La Reine Mathilde en visite dans une école de Châtelet pour parler de harcèlement scolaire, en février dernier:

harcèlement scolaire : sensibiliser les plus jeunes

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous